L’Iran accueille des navires chinois et russes pour des exercices

Téhéran, 12 mars 2024 (AFP) – Des navires chinois et russe sont entrés dans les eaux territoriales de l’Iran pour participer à des exercices militaires conjoints avec la République islamique, a rapporté mardi l’agence officielle Irna.

Ces manoeuvres communes devaient « débuter mardi soir dans le nord de l’océan Indien », a annoncé le porte-parole de l’exercice, le contre-amiral iranien Mostafa Tajoddini, lors d’une conférence de presse conjointe avec les commandants des unités russes et chinoises.

La Chine a déployé le destroyer lance-missiles Urumqi, la frégate lance-missiles Linyi et le navire de ravitaillement Dongpinghu.

La Russie a indiqué qu’un détachement de navires de la flotte du Pacifique, mené par le croiseur Varyag, était arrivé lundi dans le port de Chabahar, dans le sud-est de l’Iran.

Le début des exercices coïncide avec le début du ramadan, au moment où l’armée israélienne poursuit ses bombardements dans la bande de Gaza dans sa guerre contre le Hamas palestinien.

Les trois pays ont expliqué que les manoeuvres avaient pour objectif d’assurer conjointement la sécurité régionale et l’activité économique maritime.

Partageant une volonté commune de contrer ce qu’ils présentent comme l’hégémonie américaine, ils avaient déjà organisé en mars 2023 des exercices conjoints dans la région.

Les rebelles houthis soutenus par Téhéran perturbent le trafic maritime en menant depuis novembre des attaques contre des navires, affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens à Gaza, où Israël est en guerre contre le Hamas depuis le 7 octobre.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE