Shell ne fera plus transiter ses pétroliers par la Mer Rouge (presse)

Washington, 16 jan 2024 (AFP) – L’entreprise pétrolière Shell ne fera plus passer ses navires via la mer Rouge, jusqu’à nouvel ordre, selon une information publiée mardi par le Wall Street Journal (WSJ) du fait des menaces que font peser les rebelles yéménites Houthis sur le transport maritime dans la région.

Selon le quotidien économique, le groupe a pris cette décision la semaine dernière, compte tenu de ces menaces pour ses équipages et du risque de marée noire dans la région en cas d’attaques.

Joint par l’AFP, un porte-parole de Shell s’est refusé à tout commentaire.

Mardi, un nouveau navire, grec, a été touché par un missile tiré par le groupe yéménite alors qu’il se dirigeait vers le canal de Suez. Ce navire et d’autres appartenant à la même flotte ont fait escale en Israël depuis le 7 octobre.

Près d’une trentaine de navires ont fait l’objet de tirs ou d’attaques de la part des Houthis depuis fin novembre.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l’Iran, ont multiplié ces dernières semaines les attaques en mer Rouge contre les navires qu’ils soupçonnent d’être liés à Israël, en affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens à Gaza confrontés à la guerre entre le mouvement islamiste Hamas et Israël.

Les attaques en mer Rouge, par où transite 12% du commerce mondial, ont poussé les Etats-Unis et le Royaume-uni a frapper vendredi et samedi les rebelles au Yémen, lesquels ont répliqué lundi en tirant un missile contre un cargo américain, sans faire de blessés ni de dégâts majeurs.

Les attaques Houthis ont contraint de nombreux armateurs à éviter la zone, et emprunter une route plus longue autour de la pointe de l’Afrique, au prix d’un surcoût du transport et de délais plus longs d’acheminement.

Parmi les compagnies pétrolières, BP et QatarEnergy ont déjà annoncé éviter la mer Rouge désormais, le géant danois du transport maritime Maersk ayant pris également une décision similaire.

Présent au Forum économique mondial de Davos (est de la Suisse), le Premier ministre qatari Mohammed ben Abdulrahmane Al-Thani a estimé que l’escalade dans la mer Rouge aura un impact sur le transport de gaz naturel liquéfié (GNL).

“Il existe des itinéraires alternatifs, mais ces itinéraires (…) sont moins efficaces que l’itinéraire actuel” via la mer Rouge, a souligné le Premier ministre qatari, dont le pays est l’un des plus grands producteurs de GNL au monde.

els/eb

QatarEnergy

BP

Shell

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE