Washington affirme avoir saisi des pièces détachées de missiles iraniens destinées aux rebelles Houthis

Washington, 16 jan 2024 (AFP) – L’armée américaine a affirmé mardi avoir saisi des pièces de missiles de fabrication iranienne à destination des rebelles houthis sur un bateau en mer d’Arabie, la première saisie de ce type depuis le début des attaques des Houthis contre des navires commerciaux.

“Il s’agit de la première saisie d’armes conventionnelles avancées (ACW) létales fournies par l’Iran aux Houthis depuis le début des attaques des Houthis contre des navires marchands en novembre 2023”, a déclaré l’état-major de l’armée américaine dans un communiqué.

Cette opération, menée le 11 janvier, a permis de saisir des armes comprenant des “composants de missiles balistiques et de missiles de croisière”, a précisé le communiqué.

Ce texte indique également que deux militaires de la marine américaine, portés disparus au large des côtes somaliennes depuis jeudi soir, avaient pris part à l’opération.

Il s’agit de deux membres des Navy Seals, une force commando d’élite. Des “recherches intensives” sont encore en cours pour les localiser, a indiqué Michael Kurilla,patron du commandement militaire américain pour le Moyen-Orient, l’Asie centrale et du Sud (Centcom).

Les deux marins étaient en mission au sein de la 5e flotte des Etats-Unis qui opère dans une vaste zone incluant le golfe Persique, la mer Rouge, le golfe d’Oman et certaines parties de l’océan Indien. Son quartier général est implanté à Manama au Bahreïn.

Les pièces de missiles ont été saisies à bord d’un boutre, un voilier traditionnel arabe, manoeuvré par un équipage de 14 personnes. L’embarcation a été jugée dangereuse et a été coulée, a fait savoir l’état-major de l’armée américaine.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE