Un navire chinois controversé autorisé à se ravitailler aux Maldives

Malé (Maldives), 23 jan 2024 (AFP) – Les Maldives ont autorisé un navire chinois controversé à y faire une escale de ravitaillement, mais il ne fera aucune “recherche” quand il sera dans les eaux du pays, a déclaré mardi le ministère des Affaires étrangères de l’archipel de l’Océan indien.

Le navire chinois Xiang Yang Hong 3, auquel le Sri Lanka a refusé l’accès, devrait arriver à Malé début février, selon le site de surveillance du trafic maritime MarineTraffic.

Le vaisseau “ne mènera aucune recherche quand il sera dans les eaux maldiviennes”, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, après des informations de médias indiens accusant la Chine d’utiliser le navire à des fins de “surveillance”.

Les Maldives ont assuré que le vaisseau ne s’arrêterait que pour “pour une escale portuaire, la rotation du personnel et le ravitaillement”.

La Chine n’a pas commenté ces informations dans l’immédiat.

L’Inde s’inquiète de la présence chinoise croissante dans l’Océan indien et de son influence au Sri Lanka et aux Maldives, qui sont stratégiquement situés à mi-chemin des principales routes maritimes internationales est-ouest.

Les relations entre Malé et New Delhi se sont détériorées depuis la victoire du président pro-chinois Mohamed Muizzu aux Maldives l’année dernière.

Le président a demandé à l’Inde de rapatrier 89 agents de sécurité stationnés aux Maldives pour le déploiement de trois avions de reconnaissance d’ici au 15 mars.

M. Muizzu insiste cependant sur le fait qu’il ne veut pas rompre les liens avec New Delhi, en remplaçant les troupes indiennes par des forces chinoises.

De son côté, le Sri Lanka aurait informé la Chine que le Xiang Yang Hong 3 n’aurait pas accès à ses ports, après deux visites similaires depuis 2022 qui ont soulevé des objections de l’Inde, selon des médias locaux.

En octobre, le navire chinois Shi Yan 6 a été autorisé à accéder au port de Colombo et les autorités srilankaises lui ont accordé 48 heures pour mener des recherches marines après des pressions diplomatiques de Pékin.

Un autre navire chinois, le Yuan Wang 5, spécialisé dans le suivi des engins spatiaux et que New Delhi avait décrit comme un navire espion, avait visité le Sri Lanka en 2022.

Deux sous-marins chinois avaient également fait escale au Sri Lanka en 2014, soulevant des protestations de l’Inde. Depuis, le Sri Lanka n’a plus autorisé de sous-marins chinois à entrer dans ses ports.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE