Outre-mer (Études marines 9)

Outre-mer, le nom seul éveille l’intérêt du marin : la mer est son milieu de travail, d’intérêt et souvent de passion ; et derrière, il y a le rêve ou le mythe et surtout l’ouverture au monde.

Et justement, nous entrons dans un nouveau monde, la mission du Centre d’études stratégiques de la Marine, avec ses Études marines, étant précisément de participer à sa découverte :

  • il y a deux ans et demi, L’histoire d’une révolution décrivait le « rapport de la France à cette planète bleue » (Robert Frank) ;
  • fin 2013, La Terre est bleue accompagnait la prise de conscience, bien tardive, sur la maritimisation du monde ;
  • en 2014, Les larmes de nos souverains rappelaient opportunément l’importance et la profondeur de la pensée stratégique navale française ;
  • il y a un an, Union européenne : le défi maritime offrait une vision globale de la politique maritime de l’UE ;
  • enfin, avant l’été, une plongée dans les Abysses illustrait le potentiel des fonds marins sans occulter les difficultés d’accès.

Aujourd’hui, il est temps de voir la réalité en face : l’outre-mer est la chance de la France, les outre-mer plutôt, le pluriel traduisant la diversité et les complexités rencontrées.

Dans ce numéro, tous nos territoires ont été abordés, en mettant en exergue, à chaque fois, un volet transverse de cette complexité : ni dictionnaire, ni atlas ou encyclopédie, mais exemple d’éclairage.
L’importance de l’outre-mer pour la France se traduit en deux mots :

  • stratégie, car la France, présente par ces outre-mer sur presque tous les océans du monde, ne peut se désintéresser de ce qui s’y passe et dispose à la fois d’une légitimité et d’un support essentiel pour une action mondiale ;
  • souveraineté, car qui dit richesses dit convoitises, et donc besoin d’ordre et de protection, que la marine nationale est bien à même de remplir, en particulier par sa capacité à passer rapidement de missions de défense à des missions de sécurité. Les événements tragiques récents, en France et dans le monde, ne font que souligner la dimension essentielle de ces deux aspects.