Entretien avec Thierry Houette, directeur associé de Kargus Sea Interconnection (KSI)

Toutes les compagnies dont les navires transitent dans les zones à haut risque de piraterie sont demandeuses d’une protection armée. Jusqu’ici, seule la Marine nationale était habilitée à assurer cette protection mais les délais des autorisations diplomatiques pour déployer nos marins n’étaient pas toujours compatibles avec les exigences du commerce maritime, de plus le plan de charge de la Marine pouvait être tel que toutes les demandes ne pouvaient être satisfaites. Pour le transit des armes, les sociétés privées utilisent le circuit douanier qui est court, de plus l’offre en matière de protection est abondante : ces deux raisons valident le recours aux entreprises privées de protection de navires.

Le marché est à double vitesse :

• Pour ce qui concerne la protection routinière des navires régulièrement en transit en zones à haut risque de piraterie, la tendance est à la volonté de baisser les coûts et à un faible préavis (besoin important en organisation logistique) et ainsi de faire appel à une main d’œuvre bon marché provenant de pays exotiques (Sri Lanka, etc.). Sur ce marché, l’activité des entreprises privées de protection de navires occidentales est en perte de vitesse au profit d’autres concurrents.

• Pour ce qui concerne la protection occasionnelle de navires ayant une capacité de manœuvre restreinte et une vitesse faible durant leur activité en mer, ce qui les rend très vulnérable, la garantie offerte est un élément important et les sociétés occidentales ont sans doute un avantage auprès des armateurs occidentaux (les plus nombreux).

Il y a un nombre restreint de navires sous pavillon français dans les zones à risques mais les garanties présentées par notre règlementation devraient susciter l’intérêt de certains armateurs non français. En particulier l’obtention de la carte professionnelle sera, je l’espère, une opportunité de développement de notre activité.

Ce nouveau label va-t-il permettre aux sociétés françaises de se redéployer sur ce marché ?
Oui car jusqu’à présent aucune référence n’était demandée. De ce fait, un grand nombre de sociétés proposaient des formations non labélisées pour des coûts et des durées variables. Pour les candidats, la situation était confuse et pour les armateurs, le contenu et la qualité de la formation proposée étaient difficiles à évaluer. De ce fait, peu de garanties étaient offertes. Avec un label inséré dans une véritable formation professionnelle, encadrée par l’Etat, les prestations dispensées par les organismes agréés devraient être appréciées et couvrir des marchés.

Votre société va-t-elle être amenée à recruter des agents privés de protection de navires (APPN) ?
Oui mais a travers une autre société appelée Prorisk International www.prorisk-international.fr qui est, comme KSI, une filiale de la SAS holding Groupe Prorisk www.groupe-prorisk.com

Quel est le profil idéal d’un APPN ?

C’est celui d’un ancien militaire ayant de l’expérience sur des théâtres en situation de crise. A cela il faut ajouter une culture maritime et une bonne maîtrise de la langue anglaise, la langue de travail à bord des navires. Une bonne condition physique, un équilibre psychique validé et une éthique conforme à celle de la profession appliquée dans le cadre de la stricte légitime défense, constituent les autres qualités essentielles d’un APPN.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE