De la peinture aux algues pour préserver les océans

Algo Paint, fabricant français de peinture écologique implanté à Rennes, s’est associé à l’association Project Rescue Ocean pour dépolluer les océans ! Depuis février 2021, Algo Paint reverse 1% de son chiffre d’affaires à l’association et 1€ par inscription à sa newsletter. De son côté, pour chaque euro reversé Project Rescue Ocean collecte 1,5 kilos de déchets. En deux mois, 1700 kilos de déchets ont ainsi été retirés des océans, l’équivalent de 40 000 bouteilles en plastique ! 

Depuis son lancement en 2015, Algo Paint, pionnier et leader français de la fabrication de peinture biosourcée, a décidé de placer l’environnement au cœur de ses préoccupations en utilisant des ressources naturelles locales et renouvelables. La start up a développé une peinture biosourcée formulée à base d’algues issues du littoral breton, une ressource naturelle, locale et renouvelable. Son approche différente, respectueuse de la nature, s’affranchit ainsi totalement de la pétrochimie au profit du végétal et permet de préserver la qualité de l’air des intérieurs. Les algues sont un composant vertueux ! Algo Paint en valorise une partie inexploitée qui était vouée à la destruction. De plus, les algues ne nécessitent pas d’eau douce pour leur traitement et n’empiètent pas sur les ressources destinées à nourrir l’être humain. L’empreinte carbone est enfin réduite au maximum, le ramassage des algues se faisant à moins de 100 km de l’usine. 

En 2020, Algo Paint a lancé une nouvelle formule à base de coquilles Saint-Jacques destinée aux revêtements extérieurs, structurant ainsi une nouvelle filière de traitement des déchets. L’entreprise récupère les coquilles Saint-Jacques vides issues de l’industrie agroalimentaire bretonne, une ressource qui n’était pas exploitée jusqu’ici. La poudre obtenue après le nettoyage et le broyage est incorporée au mélange. Algo Paint est le premier fabricant à utiliser de la poudre de coquilles Saint-Jacques dans ses peintures. La jeune société est le fruit d’un projet collaboratif de R&D appelé Algo mené en partenariat avec l’Ecole de Chimie de Rennes, le Centre d’étude et de valorisation des algues (CEVA) et le Pôle Mer Atlantique.

[Crédit photo : DR]

 

LE FIL INFO DE M&O