La DGA autorise la réception de la première frégate multimissions française

D’un tonnage de 6 000 tonnes pour une longueur de 142 m, pouvant atteindre une vitesse de 27 noeuds, servies par un équipage réduit de 108 personnes, les FREMM sont fortement armées : missiles mer-mer 40 Exocet, missiles antiaériens Aster, torpilles MU90. Les 9 premières frégates, réaliseront des missions à dominante lutte anti-sous-marine, alors que les 2 dernières frégates, spécialisées dans la lutte anti-aérienne, sont conçues pour protéger un groupe aéronaval ou amphibie contre les aéronefs et les missiles. Toutes les FREMM pourront mettre en œuvre un hélicoptère NH90 Caïman, ainsi que des forces spéciales et leurs équipements. Les frégates multimissions porteront des noms de régions françaises.

Le programme de frégates multimissions représente une cinquantaine de millions d’heures de travail pour plusieurs milliers de salariés français. Jusqu’en 2022, la réalisation des FREMM assurera une part très significative de l’activité de DCNS (principalement sur son site de Lorient) et de nombreux sous-traitants, essentiellement des PME. Concernant l’exportation, une frégate vendue au Maroc est actuellement en construction à Lorient et d’autres États ont marqué leur intérêt pour le concept innovant des FREMM.