Chronique navale du 8 janvier

8 janvier 1676 : bataille d’Alicudi (au large des côtes siciliennes).

Bataille navale durant la guerre de Hollande où Duquesne « fait des merveilles » selon son adversaire l’amiral Ruyter qui avoue n’avoir jamais vu une arrivée de l’ennemi en aussi bon ordre. Les pertes sont cependant lourdes des deux côtés (Duquesne est lui-même blessé aux jambes) mais les Français parviennent à entrer à Messine, ce qui était leur objectif initial. 

L’approche des Français est annoncée à Ruyter par des feux allumés sur les îles Lipari. Le 8 janvier au matin, les deux flottes sont en vue l’une de l’autre, à une vingtaine de lieues au nord des côtes siciliennes.

Le vent, changeant, et faible, est passé à l’ouest. Les deux flottes courent au sud-ouest (en direction de Palerme) ; elles sont écartées d’une lieue et demi. Les Français ont l’avantage du vent et peuvent donc choisir le moment de l’attaque.

À neuf heures, les Français attaquent. Les deux lignes se canonnent. Les dégâts causés aux mâtures obligent certains navires à quitter momentanément la ligne pour effectuer des réparations d’urgence, mais cela ne remet pas en cause l’ordre des 2 lignes.

Les Français utilisent 3 de leurs brûlots, mais sans résultats.

Au soir, les galères espagnoles essaient de canonner Le Sceptre de Tourville qui riposte en utilisant les pièces de 36 livres de sa batterie basse. Les galères n’insistent pas et se contentent de prendre en remorque 2 des navires hollandais.

Au soir, les Hollandais continuent sur leur cap ; les Français virent pour repartir au nord-est, vers le Stromboli.

Cette bataille indécise n’apporte aucun résultat stratégique. Les deux camps clament victoire, mais il faudra attendre les rencontres suivantes, Agosta et, surtout, Palerme, pour que la victoire soit acquise aux armes du Roi-Soleil.

Source : WIKIPEDIA


8 janvier 1915 : débarquement des survivants de l’Emden (Hoddeida – Yemen).

Le croiseur léger allemand Emden avant d’être coulé par le croiseur australien Sydney a envoyé par le fond depuis le début de la guerre au moins 30 navires dont le torpilleur français Mousquet. 48 hommes de l’Emden, commandés par le lieutenant von Mücke avaient débarqué juste avant çà aux Iles Cocos et constatant la fin de leur navire décident de tenter leur chance en volant un voilier. Ils traversent l’Océan indien et débarquent au Yémen d’où ils entament un périple à travers tout le Moyen-Orient. Il parviendront en Allemagne via Constantinople et seront reçus en héros.