Beneteau réduit sa perte nette au 1S 2012/13, maintient ses prévisions

Le groupe vendéen a maintenu ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice décalé, se disant “confiant dans les marchés hors Europe” et précisant que les performances du premier semestre (septembre à février) sont “peu significatives” en raison de la forte saisonnalité des activités.

Le chiffre d’affaires a progressé au premier semestre de 2% à 294,7 millions d’euros. La perte opérationnelle s’est élevée à 39,9 millions d’euros contre 44,1 sur la même période de l’exercice 2011/2012, selon un communiqué du groupe.

Beneteau a indiqué avoir “poursuivi sa stratégie de croissance fondée sur le développement de l’offre produits, le renforcement de la compétitivité industrielle et le déploiement commercial international”.

L’activité Bateaux a été pénalisée par la faiblesse conjoncturelle du marché français et de la zone européenne mais les performances commerciales en Amérique du nord et du sud ainsi qu’en Asie “contribueront dès l’an prochain à la profitabilité du groupe”, affirme Beneteau.

Le résultat opérationnel de l’activité Habitat s’élève à 4,2 M EUR, quasi stable sur un an.

Le groupe prévoit que l’activité Habitat de loisirs sera affecté au second semestre “par la baisse en France des investissements des professionnels de l’hôtellerie en plein air”. L’habitat résidentiel a réduit ses pertes de moitié sur le premier semestre par rapport au premier semestre de l’exercice précédent.

Le groupe avait annoncé en novembre qu’il tablait pour l’ensemble de son exercice sur un chiffre d’affaires de 810 millions d’euros, contre 831,2 millions en 2011/2012, et une perte opérationnelle de 7,5 millions.

BENETEAU

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE