Brest revendique « le plus grand Légo du monde » au Guiness des records

Rennes, 25 fév 2024 (AFP) – Entre « 8 et 10.000 personnes » ont participé ce week-end à Brest, lors d’un « rendez-vous très familial », au record du plus grand Lego du monde qu’ils espèrent voir homologuer par le Guinness World records, a-t-on appris dimanche auprès des organisateurs.

D’une longueur de 21m de long sur 1,84m, la fresque mise en valeur par les organisateurs représente un vieux gréement, Notre-Dame de Rumengol, un bateau de charge restauré travaillant historiquement dans la rade de Brest.

L’objet du défi était d’abord de lever des fonds afin de permettre le grand carénage de ce navire à voiles, un coût estimé à 250.000 euros, a expliqué à l’AFP Nicolas Blancquaert, président de l’association An Test, propriétaire du ND de Rumengol.

L’entrée pour l’évènement était gratuite et chacun pouvait donner ce qu’il voulait pour ce projet qui a reçu le soutien de la Fondation du Patrimoine.

Selon M. Blancquaert. « Entre 20 et 25.000 personnes » se sont rendues sur le site pour observer la progression de la fresque, a-t-il dit.

L’évènement s’est déroulé aux Ateliers des Capucins, d’anciens ateliers industriels de l’arsenal de Brest qui appartenaient à la Marine nationale, reconvertis en lieu culturel et de mixité sociale depuis leur cession à la collectivité.

L’actuel record Guinness des Légos est actuellement de 203.000 briques et « nous en avons utilisé 250.210 », a précisé M. Blancquaert. « Maintenant, nous devons soumettre un dossier de candidature » au Guinness World records pour voir le défi homologué en tant que record, a-t-il ajouté.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE