Deux ONG lancent une opération de sauvetage de migrants en Méditerranée

Cette opération annoncée vendredi se déroulera de mai à octobre. Une équipe de vingt personnes sillonneront la Méditerranée à bord d’un bateau de sauvetage de 40 mètres de long équipé de bateaux semi-rigides à moteur, et de drones de surveillance.

« Notre motivation est simple », explique dans un communiqué le directeur de MOAS, Martin Xuereb. « Personne ne mérite de mourir et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que ceux qui se sentent contraints de traverser cette mer traîtresse dans des vaisseaux de fortune ne coulent pas ».

« Quand nous avons lancé nos opérations l’an dernier, nous avons sauvé 3.000 personnes en soixante jours. Nous espérons avoir encore plus de succès cette année dans nos opérations pendant six mois avec MSF », poursuit-il.

En 2014, plus de 218.000 migrants ont tenté de traverser la Méditerranée, mais au moins 3.500 d’entre eux ont perdu la vie, faisant de ce trajet « la route la plus mortelle du monde », selon le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Une opération italienne de sauvetage en mer, « Mare Nostrum », s’est terminée à la fin de l’année dernière et a été remplacée par l’opération européenne « Triton ».

Mais contrairement à « Mare Nostrum », qui visait surtout à sauver des vies, « Triton » est avant tout une opération de contrôle, en général limitée aux eaux territoriales, pour laquelle les pays participants fournissent quelques bateaux mais surtout des hélicoptères, avions et experts pour enregistrer les migrants.

Ce nouveau dispositif a été vivement critiqué après la disparition en mer de quelque 300 migrants mi-février.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.