Eaux contestées entre Israël et le Liban: Beyrouth demande la médiation américaine

Beyrouth, 6 juin 2022 (AFP) – Le Liban a réclamé lundi une médiation américaine après l’arrivée dans les eaux contestées avec Israël d’un navire destiné à commencer à produire du gaz pour l’Etat hébreu, une opération qui pourrait constituer un acte d’agression selon Beyrouth.

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l’égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures.

Les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée entre les deux pays.

Le navire en question, de l’entreprise britannique Energean Plc basée à Londres, est arrivé dimanche au champ gazier de Karish –situé selon Beyrouth dans une partie des eaux contestées avec Israël– afin de commencer à l’exploiter, d’après un communiqué de la compagnie.

Cette annonce a suscité une vague d’indignation de la part de plusieurs hauts responsables libanais, dont le Président Michel Aoun et le Premier ministre sortant Najib Mikati.

Ils “ont invité le médiateur américain Amos Hochstein à Beyrouth à reprendre les négociations concernant la délimitation des frontières maritimes entre les deux pays”, selon un communiqué conjoint.

Tous travaux “d’exploration, de forage ou d’extraction effectués par Israël dans les zones contestées constituent une provocation et un acte d’agression”, poursuit le texte.

Pour l’experte en ressources pétrolières Laury Haytayan, cet appel au médiateur américain serait “une perte de temps”. Les autorités libanaises devraient plutôt signer un décret pour l’amendement des frontières maritimes, a-t-elle estimé lundi.

Dans un premier temps, les négociations concernant les frontières maritimes portaient sur une zone de 860 km2 délimitée par la ligne 23, conformément aux revendications libanaises enregistrées auprès de l’Onu en 2011.

Le Liban avait annoncé plus tard vouloir réclamer un droit supplémentaire sur 1430 km2 limités par la ligne 29, qui comprend une partie du champ de Karish.

Mais pour Israël, le champ gazier de Karish se trouve dans “la Zone économique exclusive (ZEE) reconnue par l’Onu”, a indiqué à l’AFP un haut responsable israélien sous couvert d’anonymat.

“Les mensonges du Liban qui prétend soudainement qu’il s’agit d’une région contestée peuvent être réfutés (…) par la propre position du Liban dans le passé,” a poursuivi le responsable rappelant que Beyrouth avait reconnu cette région comme étant dans les eaux israéliennes.

Une porte-parole du ministère israélien de l’Energie a déclaré lundi à l’AFP que le forage était terminé depuis des mois et que “le flux de gaz en provenance de Karish devrait commencer en septembre.”

Le navire qui est arrivé dimanche sera connecté à Karish via des gazoducs, a-t-elle précisé.

Le Hezbollah, puissant mouvement chiite libanais pro-iranien, a toutefois averti Israël qu’il s’opposerait aux tentatives d’extraction de pétrole et de gaz du champ de Karish et d’autres régions contestées.

“Nous sommes capables de les empêcher de le faire”, a déclaré le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah dans un discours le mois dernier.