La cheffe de l’opposition bélarusse sans nouvelles depuis un an de son mari emprisonné

Vilnius, 8 mars 2024 (AFP) – La cheffe de l’opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, qui vit en exil en Lituanie, a déclaré vendredi qu’elle n’avait plus de nouvelles depuis un an de son mari emprisonné, estimant que cela était pour elle une forme de torture.

Elle a appelé le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à « intervenir » à ce sujet, soulignant que d’autres prisonniers politiques au Bélarus étaient également coupés du monde extérieur, une « pratique brutale » à laquelle il faut « exiger » qu’il soit mis fin.

« Cela fait un an que je n’ai pas eu de nouvelles de mon mari Sergueï Tikhanovski. Depuis c’est uniquement le silence. Pas de lettres, pas d’appels téléphoniques, pas de visites d’avocats », a dénoncé Mme Tikhanovskaïa devant les journalistes à Vilnius, la capitale lituanienne.

« Je n’ai reçu que des lettres anonymes affirmant qu’il était mort et une vidéo diffusée l’année dernière dans laquelle j’arrive à peine à reconnaître mon propre mari », a-t-elle poursuivi.

« Être au secret est une forme de torture (…) non seulement pour nos prisonniers politiques mais aussi pour leurs familles, qui vivent dans l’incertitude et ne veulent pas croire au pire », a ajouté Svetlana Tikhanovskaïa.

« Les prisonniers politiques doivent avoir accès à des soins médicaux adéquats et être autorisés à communiquer avec leurs avocats et leurs familles », a-t-elle lancé.

« Nous devons agir pour empêcher de nouvelles tragédies » comme celle de la mort le mois dernier dans une prison de l’Arctique de l’opposant russe Alexeï Navalny, « la torture des personnes en prison doit cesser », a martelé Mme Tikhanovskaïa.

Cette opposante a revendiqué la victoire à l’élection présidentielle de 2020 contre celui qui dirige d’une main de fer le Bélarus, Alexandre Loukachenko.

Elle s’est exilée hors de son pays après que les autorités ont organisé une violente répression contre les manifestants qui contestaient les résultats de ce scrutin.

Plusieurs leaders de l’opposition sont derrière les barreaux au Bélarus, un Etat frontalier de la Russie.

Sergueï Tikhanovski a ainsi été condamné à 18 ans de prison en 2021 pour « organisation d’émeutes et incitation à la haine sociale ».

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE