Le fret fluvial a reculé en France en 2023, ralenti par le BTP et les céréales

Paris, 8 mars 2024 (AFP) – Le fret fluvial a reculé de 10% en France en 2023, pénalisé par le ralentissement du secteur du BTP et la baisse des exportations de céréales, selon le gestionnaire du réseau, Voies navigables de France (VNF).

« Avec 43,4 millions de tonnes transportées en 2023, soit l’équivalent de 2.170.000 camions, le transport fluvial aura permis d’éviter l’émission de 390.000 tonnes de CO2 », s’est tout de même félicité VNF dans son communiqué.

« L’ensemble des filières ont été impactées par la contraction de l’activité économique française », a précisé le gestionnaire du réseau. Mais le BTP et le transport de céréales « restent les filières principales du fluvial français et pèsent environ pour les deux tiers des marchandises transportées ».

La production de matériaux pour la construction a reculé de 8,2% en France l’année dernière et le transport fluvial de ces marchandises s’est donc contracté de 7,2%.

Pour la filière agroalimentaire, le volume de marchandises transportées, composé à 40% de blé tendre, a reculé de 12,5%.

C’est la seconde année consécutive de baisse d’activité pour le transport fluvial en France, qui avait déjà régressé de 6,6% en 2022.

Le gestionnaire des activités fluviales a malgré tout souligné deux motifs de satisfaction: le développement de la logistique urbaine et la progression du transport de conteneurs sur la Seine.

La logistique urbaine a connu « une envolée » en 2023, selon VNF, « avec près de 150.000 tonnes transportées sur l’aire parisienne, soit 10.000 camions retirés des routes ».

Cela représente une hausse de cette activité de 40% par rapport à l’année précédente. « L’activité a été multiplié par 2,2 en cinq ans et se développe sur l’ensemble des bassins : Paris, Strasbourg, Lyon et bientôt à Rouen et Mulhouse », s’est félicité VNF.

Le transport de conteneurs a lui progressé de 2% sur la Seine, mais il a régressé ailleurs (-14,5% sur le Rhin, -9% sur l’axe Rhône-Saône).

En 2024, VNF prévoit d’investir 310 millions d’euros pour entretenir les 6.700 km de réseau navigable mais aussi moderniser l’infrastructure. Des chantiers sont prévus sur les barrages et les réservoirs afin d’augmenter les capacités de stockage d’eau de l’établissement à 190 millions de m3, contre 165 millions aujourd’hui.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.