Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes contre plusieurs villes au Yémen, selon les Houthis

Sanaa, 12 jan 2024 (AFP) – Les Etats-unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes aériennes sur la capitale du Yémen et d’autres villes du pays contrôlées par les rebelles, a affirmé vendredi la chaîne de télévision des Houthis.

“L’agression américaine, avec une participation britannique” a frappé Sanaa, Hodeida, Saada, et Taëz, visant des aéroports et des bases militaires, a indiqué Al-Massirah.

Des correspondants de l’AFP à Sanaa et Hodeiha ont, pour leur part, dit avoir entendu plusieurs explosions.

Des raids aériens ont visé des sites militaires à Sanaa, Hodeida et Taëz, avait affirmé un peu plus tôt à l’AFP une source militaire des rebelles, sous couvert d’anonymat.

“Notre pays fait face à une attaque massive par des navires américains et britanniques, des sous-marins et des avions”, a déclaré le vice ministre des Affaires étrangères des Houthis, Hussein Al-Ezzi, cité par les médias des rebelles.

“Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne doivent se préparer à payer un prix fort et supporter les lourdes conséquences de cette agression “, a-t-il menacé.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, les Houthis, proches de l’Iran, ont multiplié les attaques contre la marine marchande en mer Rouge, affirmant viser les navires liés avec Israël en solidarité avec les Palestiniens.

En réponse, les Etats-Unis ont déployé des navires de guerre dans la zone et mis en place en décembre une coalition internationale pour protéger le trafic maritime sur cette voie de navigation où transite 12% du commerce mondial.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE