Pyongyang n’a pas tiré de missile balistique (responsable américain)

“Ce n’était pas un missile balistique”, a déclaré un responsable américain de la Défense sous couvert de l’anonymat, sans donner plus d’explications.

Les Coréens du Nord “essaient de développer” cette technologie, mais il n’y a pas de menace “imminente” de voir le pays muni de cette capacité de lancer des missiles balistiques depuis un sous-marin, a-t-il estimé.

La presse officielle nord-coréenne a annoncé samedi le lancement d’un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) par la Corée du Nord.

L’opération a été supervisée en personne par le leader nord-coréen Kim Jong-Un, selon l’agence officielle nord-coréenne.

Certains analystes ont affirmé que les Coréens du nord avaient fait un test de la séquence d’éjection du missile plutôt que d’un lancement proprement dit, l’engin n’ayant parcouru que quelques centaines de mètres.

Selon des experts américains, la Corée du nord a acheté des vieux sous-marins russes pour tenter de copier leur technologie de lancement de missiles.

“Nous ne pensons pas qu’ils puissent développer un système perfectionné, ressemblant même de loin à nos missiles balistiques lancés par sous-marins”, avait expliqué la semaine dernière John Schilling, un expert aérospatial lors d’une conférence à Washington.

“Mais s’ils peuvent mettre un missile sur un sous-marin, même si c’est un missile de courte ou moyenne portée, alors cela compliquerait évidemment nos efforts pour suivre à la trace tous leurs missiles”, avait-il ajouté.

“Tout essai” de missiles balistiques depuis un sous-marin “violerait au moins quatre résolutions de l’ONU” et serait “un autre exemple du refus de la Corée du Nord de respecter les règles internationales”, a déclaré de son côté le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE