Euromaritime a fermé ses portes sur un bilan positif

Innovation, emploi et décarbonation ont été au cœur de ce temps fort incontournable des industries de la mer et de l’économie bleue.


Les trois jours de rencontres et de débats entre professionnels et initiés du secteur maritime se sont achevés ce jeudi 30 juin sur un colloque animé par l’Académie de Marine sur le thème de la révolution numérique du maritime.

Organisé à l’initiative du marin (groupe Infomer Ouest-France) et de la SOGENA, filiale du Groupement des industries de construction et activités navales (GICAN), le salon Euromaritime a réuni, pour sa cinquième édition, les ténors de l’économie maritime et un grand nombre de start-up, permettant des rencontres marquantes et la découverte d’innovations technologiques. “C’est une belle réussite, note Hugues d’Argentré, commissaire général du salon. Il a fallu surmonter des difficultés avec la reprise de la pandémie, le report du salon, la guerre en Ukraine. Les résultats sont tout à fait satisfaisants avec un nombre d’exposants qui a progressé de 15 % depuis l’édition de 2020.


Décarboner le secteur maritime


Alors que le transport maritime représente environ 3 % des émissions de gaz à effet de serre, industriels, armateurs et scientifiques ont longuement échangé sur la transition énergétique de la filière. L’Organisation maritime internationale a tout récemment validé la création d’une zone de contrôle des émissions d’oxyde de soufre en Méditerranée (SECA-Med). En 2023, les armateurs auront l’obligation de mesurer leur intensité carbone et d’en émettre un peu moins chaque année. “Si la réglementation serre la vis trop fort, trop rapidement, plus aucun navire ne pourra naviguer et le commerce mondial s’effondrera, il faut trouver un équilibre, cela passe par un dialogue entre régulateurs et professionnels“, n’a pas manqué de relever Charles Gravatte, secrétaire général de la Compagnie du Ponant, lors d’une table ronde sur le transport de passagers et la croisière face aux changements de la société.

Ces nouvelles perspectives conduisent tous les secteurs du transport maritime à investir dans la décarbonation. Electrification à quai, réduction de vitesse, filtres à particules, combustibles alternatifs, “il n’y a pas une solution mais un bouquet de solutions pour résoudre cette équation”, relevait, mardi, Xavier Leclerc, vice-président de CMA ships, lors d’une conférence dédiée aux enjeux de la transition énergétique, profitant d’ailleurs du salon pour confirmer la commande prochaine de six porte-conteneurs au méthanol dédiés à l’exploitation de la ligne Asie-Méditerranée.

Il faut saluer les nombreuses initiatives mises en place pour le verdissement de la filière et le transport maritime en particulier, a confié le prefet de région Christophe Mirmand, cette transition énergétique de l’industrie maritime est un des enjeux majeurs des prochaines années à travers la réduction des dépendances aux énergies fossiles, le développement des énergies hybrides voire de l’hydrogène et des autres modes de propulsion plus propres.”

Pour Jean-Marie Biette, directeur du salon Euromaritime, “l’économie maritime se porte bien. Ce salon très attendu confirme la bonne santé du marché dans un secteur qui recrute. Avec plus de 4 000 visiteurs, la fréquentation s’est maintenue à un excellent niveau malgré le report du salon et un contexte difficile. ”

Lien entre professionnels et scientifiques  

       
Pour la deuxième fois, l’espace SEA-Research, en partenariat avec Mer-Veille Energies et energiedelamer.eu, s’est donné pour mission de faire découvrir les technologies d’avenir liées aux EMR et aux biotechnologies marines.  Pour y parvenir, les organisateurs de cet espace ont souhaité mettre des scientifiques en lien avec les professionnels en organisant des ateliers. Trois programmes de recherches ont ainsi été mis à l’honneur : West med qui vise à renforcer la sécurité et promouvoir une croissance bleue et durable en Méditerranée, Euroswac qui ambitionne de proposer une solution innovante de climatisation par eau de mer en milieu peu profond dans la zone de la Manche et Groomer RI qui vise à mieux connaître les profondeurs des océans.

La prochaine édition d’Euromaritime aura lieu au Parc Chanot à Marseille du 30 janvier au 1er février 2024.  

Les chiffres clés du salon
Plus de 300 exposants venant de 15 pays  
17 start-up
4 000 visiteurs de 52 nationalités différentes   
800 rendez-vous BtoB
30 heures de conférences

Source : Euromaritime

Lire d’autres articles.