Arctique: la fonte des glaces ne garantit pas une navigation aisée du passage du Nord-Ouest

Paris, 11 juil 2024 (AFP) – La fonte des glaces dans l’océan Arctique, qui se réchauffe rapidement sous l’effet du changement climatique, ne facilite pas la navigation commerciale sur un passage légendaire entre l’Europe et l’Asie, contrairement à la croyance populaire, et la rendrait même plus dangereuse, selon des scientifiques.

Réputé infranchissable il y a un siècle, le fameux « passage du Nord-Ouest » aiguise les appétits des navigateurs et des explorateurs, attirés par la perspective d’un considérable raccourci (7.000 km environ) à la faveur du réchauffement climatique d’origine humaine qui réduit comme peau de chagrin la calotte glaciaire.

« Nous avons découvert qu’en fait c’est presque tout le contraire », déclare à l’AFP Alison Cook, experte de la navigation polaire à l’Association écossaise pour les sciences marines, auteure principale de l’étude parue jeudi dans la revue Communications Earth and Environment.

Loin d’augmenter, le nombre de semaines annuelles pendant lesquelles un navire peut naviguer en toute sécurité dans ce passage s’est en réalité raccourci entre 2007 et 2021.

Même si la banquise diminue, de la glace plus ancienne et plus épaisse dérive de plus en plus vers le Sud, créant des goulots d’étranglement.

Cette vieille glace présente un plus grand risque pour les navires que celle plus fraîche et plus mince, autrefois plus courante dans l’archipel canadien, indique l’étude.

D’autant que le manque d’infrastructures, son éloignement, ses hauts-fonds et ses détroits labyrinthiques rendent toujours la traversée périlleuse.

En 1845, l’expédition légendaire du Britannique John Franklin se soldait par la perte, corps et biens, de ses deux navires. En 1906, Roald Amundsen devenait le premier Européen à réussir la traversée.

Depuis, même s’il reste très faible, le nombre de navires s’aventurant dans le passage a augmenté, passant de 112 en 2013 à 160 en 2019, selon le Conseil de l’Arctique, une organisation intergouvernementale.

Des cargos, des bateaux de pêche, des embarcations de course et même un grand paquebot de 1.000 passagers ont déjà effectué cette traversée.

En 2021, une autre étude avait prédit que si les températures mondiales augmentaient de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, le passage du Nord-Ouest serait navigable une partie de l’année.

C’est loin d’être encore le cas. La glace plus ancienne et épaisse qui s’accumule dans le passage sera encore là « pendant (…) de nombreuses années », estime Mme Cook.

« Il s’agit plutôt de donner un avertissement », ajoute-t-elle, alors que le nombre de voyages à travers l’ensemble de l’Arctique canadien a déjà quadruplé depuis 1990.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.