Comores: requête pour que les Comoriens de l’étranger puissent voter

Moroni, 2 sept 2023 (AFP) – Une avocate franco-comorienne a plaidé samedi devant la justice du petit archipel de l’océan Indien pour que les Comoriens de l’étranger, très nombreux, puissent voter aux élections prévues début 2024.

Maliza Said Soilihi, 39 ans, ex conseillère municipale à Marseille (France), souvent présentée comme la énième île des Comores, a affirmé devant une chambre de la Cour suprême que le code électoral prévoyait la possibilité de ce vote, en s’inquiétant que ce dispositif ne soit pas appliqué.

« Si vous êtes là en tant que citoyenne, enlevez donc votre robe d’avocate », a lancé Harimia Ahmed Ali, présidente de la section électorale et constitutionnelle des Comores, où doivent se dérouler en début d’année prochaine l’élection du président et des gouverneurs des trois îles (Grande Comore, Anjouan et Moheli).

Peu avant, la présidente, châle beige lui couvrant les cheveux, avait demandé à Maliza Said Soilihi en quelle qualité elle se présentait devant la salle d’audience.

La requérante avait introduit une requête devant la cour le 20 août lui demandant de « constater la violation des droits fondamentaux de la diaspora, notamment son droit de vote ».

La communauté comorienne de France serait au nombre de 300.000 dont plus de la moitié résiderait dans la cité phocéenne. Les trois îles des Comores comptent de leur côté environ 870.000 habitants, selon une projection officielle.

« Le code électoral promulgué en 2023 précise l’application de la modalité de ce droit fondamental », a rappelé l’avocate dans l’austère salle aux murs blancs, lors d’une courte audience.

Candidate présumée à l’élection gouvernatoriale, elle a demandé à la cour « d’instruire et d’ordonner aux autorités compétentes de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l’inscription des citoyens comoriens résidant à l’étranger sur les listes électorales (…) en vue des prochaines échéances électorales ».

Nourdine Abodo, procureur général, a dans ses réquisitions demandé à la Cour de déclarer « la demande irrecevable ».

Le magistrat longiligne, barbe blanche et bonnet sur la tête, a estimé entre autres arguments « qu’aucune disposition ne donne mandat à la Cour pour donner une injonction aux autorités compétentes », à savoir l’Etat.

L’affaire est mise en délibéré au 9 septembre.

Les prochaines élection présidentielle et gouvernatoriales aux Comores devraient se tenir au plus tard en février prochain. Le président comorien Azali Assoumani sera candidat à sa propre succession, avait annoncé en janvier son parti, la Convention pour le renouveau des Comores (CRC).

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.