Conteneurs en retard, prix exorbitants: le fret maritime sous le feu des critiques

Marseille, 9 juil 2022 (AFP) – Ils ont fait des bénéfices record après la crise sanitaire: les armateurs de porte-conteneurs, accusés par leurs clients de rendre de “mauvais services” depuis deux ans tout en pratiquant des tarifs exorbitants, sont pointés du doigt comme portant, en partie, la responsabilité de l’inflation.

Le prix moyen d’un conteneur sur une rotation Asie-Europe, de 1.500 dollars environ début 2020, s’est envolé à plus de 10.000 dollars aujourd’hui, pour les tarifs “spot” (réservés seulement 30 jours à l’avance), selon les acteurs du secteur.

La pandémie de Covid avait provoqué, au premier trimestre 2020, une baisse de 20% des échanges internationaux de marchandises, rappelle à l’AFP Jean-Michel Garcia, délégué aux transports internationaux de l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF), forçant les compagnies de fret, pour “réduire la voilure”, à se séparer de certains bateaux et de nombreux conteneurs.

Mais depuis, assure M. Garcia, “la demande est revenue au même niveau qu’avant, les capacités sont plus importantes qu’avant, sauf que les compagnies maritimes font du mauvais service”. D’après l’institut Sea Intelligence, en mai 2022, la ponctualité des bateaux n’était que de 30 à 40%.

“In fine, c’est le chargeur –le client– qui paye tout, avec le minimum d’explications et le maximum de menaces”, dénonce M. Garcia.

Des voix se sont élevées pour dénoncer cette situation, comme celle de Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E. Leclerc, qui a demandé que le Parlement français ouvre “une commission d’enquête sur les origines de l’inflation, sur ce qui se passe sur le front des prix depuis les transports jusqu’aux consommateurs”.

Les autorités de plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont lancé des enquêtes contre les grandes compagnies maritimes, dont elles dénoncent la concentration excessive. Le président américain Joe Biden lui-même a récemment menacé de “sévir contre les compagnies qui pratiquent une tarification abusive et excessive”.

– 40.000 navires à changer –

“Les ententes sont illégales, et tous les armateurs du monde sont extrêmement vigilants là-dessus”, répond Jean-Emmanuel Sauvée, président d’Armateurs de France, interpellé par l’AFP.

Pour justifier les forts tarifs actuels, il met en avant les investissements colossaux des compagnies pour s’adapter aux nouvelles règles de l’OMI, qui leur impose dès 2023 d’accélérer la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre: “c’est 40.000 navires dans le monde qu’il va falloir changer”.

Le doute sur les pratiques des armateurs vient aussi, selon Lamia Kerdjoudj, secrétaire générale de Feport, qui représente les terminaux privés, du règlement d’exemption qui leur permet “de s’entendre sur leurs capacités”.

La Feport dénonce aussi “les mauvaises habitudes des bateaux d’arriver en retard, or le terminal portuaire n’est pas un parking, ni une zone de stockage à ciel ouvert, il faudrait que les autorités portuaires haussent le ton”.

Elle reconnaît aussi, dans certains ports, des problèmes de connectivité qui retardent les livraisons. Un argument mis en avant par l’un des leaders du secteur qui, sous couvert d’anonymat, assure que tous ses bateaux sont en activité et regrette les congestions portuaires et l’engorgement des réseaux intermodaux, selon lui à l’origine des tensions sur les chaînes logistiques.

Pressé par le gouvernement, le leader français du secteur, la CMA CGM, a baissé ses tarifs de 500 euros par conteneur pour toutes les importations de ses clients de la grande distribution française, “pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages français”.

Le troisième armateur mondial a engrangé au premier trimestre 2022 un bénéfice net record de 7,2 milliards de dollars.

Ce “coup de pouce” consenti ne suffira pas à changer la donne pour des entreprises étouffées par le prix du fret. Au salon Euromaritime qui s’est tenu fin juin à Marseille, Stéphane Salvetat, du syndicat des transitaires de Marseille-Fos, a témoigné qu’un de ses clients dépensait “1,5 million d’euros par an pour la logistique avant 2020, aujourd’hui c’est entre 20 et 25 millions… au point qu’il envisage d’ouvrir une usine en Europe”.

Pour Lamia Kerdjoudj, de la Feport, “les entreprises commencent à rechercher des filiales plus près de l’Europe, et la guerre en Ukraine accroit cette tendance”. “Peut-être qu’on va acheter moins loin, pour vendre moins loin…”, suggère-t-elle.