Golfe: des pays occidentaux déconseillent aux navires de s’approcher des eaux iraniennes

Dubaï, 13 août 2023 (AFP) – Des marines occidentales opérant dans le Golfe, dont celle des Etats-Unis, ont déconseillé ce week-end aux navires transitant par le détroit d’Ormuz de s’approcher des eaux iraniennes afin d’éviter tout risque de saisie.

Cette zone maritime cruciale pour le transport mondial du pétrole a été le théâtre ces derniers mois d’incidents, avec notamment la saisie de pétroliers par l’Iran, pays ennemi des Etats-Unis.

La marine américaine avait annoncé le 7 août l’arrivée en mer Rouge, de l’autre côté de la péninsule arabique, de deux navires de guerre et plus de 3.000 soldats américains dans le cadre d’un nouveau déploiement visant à dissuader l’Iran de s’emparer de pétroliers dans cette région.

« Il est conseillé aux navires de se tenir aussi éloignés que possible des eaux territoriales iraniennes », a déclaré dimanche à l’AFP le porte-parole la Ve flotte américaine basée à Bahreïn, Tim Hawkins.

La coalition navale « l’IMSC (International Maritime Security Construct), informe les marins de la région des précautions à prendre pour minimiser le risque de saisie, compte-tenu des tensions régionales actuelles, que nous nous efforçons de désamorcer », a-t-il encore dit, sans autre précision.

– « Prudence » –

Créée en 2019, l’IMSC comprend 11 pays, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, et vise à protéger le transport maritime dans les eaux du Golfe.

L’agence de sécurité maritime britannique UKMTO a de son côté indiqué samedi soir avoir été « informée d’une menace accrue à proximité du détroit d’Ormuz » et « conseille à tous les navires en transit de faire preuve de prudence ».

Dans un communiqué, la société britannique de sécurité maritime Ambrey a elle déclaré samedi avoir été avertie par les autorités grecques et américaines de « la possibilité d’une attaque contre un navire marchand (…) dans le détroit d’Ormuz dans les 12 à 72 heures à venir ».

Les autorités iraniennes n’ont pas réagi dans l’immédiat à ces mises en garde.

Après l’annonce le 7 août du déploiement de 3.000 soldats américains en mer Rouge, le ministère iranien des Affaires étrangères avait dénoncé la présence militaire américaine dans la région. « Les intérêts (des Etats-Unis) dans cette région les ont toujours poussés à alimenter l’instabilité et l’insécurité », avait-il dit.

Washington et Téhéran se sont mutuellement accusés ces dernières années d’une série d’incidents dans les eaux du Golfe, comme des attaques mystérieuses de navires ou de saisie de pétroliers.

Selon l’armée américaine, l’Iran a saisi ou tenté de s’emparer de près de 20 navires battant pavillon international dans les eaux du Golfe ces deux dernières années.

Début juillet, la marine américaine avait affirmé que l’Iran avait saisi un navire marchand dans les eaux internationales du Golfe, un jour après avoir empêché les forces iraniennes de s’emparer de deux navires pétroliers au large d’Oman.

Quelques jours plus tard, les Etats-Unis avaient indiqué déployer un navire de guerre de type destroyer et des avions de combat F-35 et F-16 au Moyen-Orient pour dissuader l’Iran de saisir des embarcations dans le Golfe.

Fin avril, l’armée iranienne avait saisi dans le Golfe d’Oman un pétrolier battant pavillon des îles Marshall à destination des Etats-Unis, avant de saisir une semaine plus tard un pétrolier battant pavillon du Panama qui transitait dans le détroit d’Ormuz.

– « Eviter une escalade » –

Les mises en garde de ce week-end surviennent quelques jours après l’annonce par Washington du placement de cinq Américains détenus en Iran en résidence surveillée, laissant entrevoir l’espoir de leur prochaine libération.

La prochaine étape de cet accord entre Téhéran et Washington, selon une source proche des négociations, pourrait être le transfert de 6 milliards de dollars de fonds iraniens gelés en Corée du Sud vers un compte spécial au Qatar. L’Iran pourrait l’utiliser pour des achats humanitaires tels que des denrées alimentaires et des médicaments.

Cet arrangement, fragile, témoigne d’un apaisement des tensions entre ces deux adversaires de longue date, estiment experts et diplomates.

« Sur fond d’efforts pour montrer de la bonne volonté, les Etats-Unis veulent éviter à tout prix une escalade », estime Andreas Krieg, chercheur spécialiste du Moyen-Orient au King’s College de Londres.

Cependant, « le moindre prétexte risque d’être utilisé par l’Iran », ce qui pourrait « saper la mini-avancée » représentée par le récent accord entre les Etats-Unis et l’Iran, ajoute-t-il.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.