Jusqu’à 16 ans de prison pour des pirates aux Seychelles (Atalante)

La Cour suprême des Seychelles a infligé mercredi des peines allant de 18 mois à 16 ans de prison à ces pirates qui avaient été arrêtés au large de la Somalie le 11 mai 2012 par la frégate néerlandaise Van Amstel, l’un des navires déployés par Atalante dans l’océan Indien.

Ils ont été condamnés pour avoir abordé, le 7 mai précédent, un petit bateau de pêche iranien quelques jours après l’échec d’une attaque contre un tanker dans la même zone.

« Les 17 otages iraniens avaient chaleureusement remercié les marins néerlandais pour les avoir libérés des pirates armés », rappelle Atalante dans un communiqué.

Ces pirates avaient été ensuite remis par le navire néerlandais à la justice des Seychelles, où est implanté un centre régional de coordination des poursuites contre les pirates.

Créée fin 2008 par l’Union européenne, Atalante déploie plusieurs navires militaires dans l’océan Indien afin d’assurer la sécurité de la circulation dans cette zone maritime particulièrement fréquentée. Grâce notamment à son action, le nombre d’actes de piraterie réussis a chuté ces deux dernières années.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.