La Marine italienne sauve 110 passagers sur un canot en difficulté, un mort

Cette opération de sauvetage a débuté en fin de la matinée dans le cadre du dispositif « Mare Nostrum » décidé par l’Italie à la suite de plusieurs naufrages tragiques début octobre.

L’embarcation était surchargée et dépourvue de tout dispositif de sécurité.

Les immigrants provenaient du Ghana, du Mali, du Togo, de Gambie et du Pakistan notamment. Ils doivent rejoindre le port de Porto Empedocle, en Sicile.

Tandis qu’un hélicoptère faisait tomber vers le canot des gilets de sauvetage, la Marine italienne dépêchait un de ses patrouilleurs, la Cassiopea. Elle ordonnait aussi à un cargo de se dérouter vers la zone où le canot était en perdition, pour participer aux secours.

Des milliers d’immigrants, provenant d’Afrique sub-saharienne, mais aussi du Moyen-Orient et d’Asie centrale tentent chaque année la traversée vers ce qu’ils croient être l’eldorado européen, en versant des milliers d’euros à des passeurs sans scrupules.

Les naufrages ont été nombreux au cours des dernières années au sud de Lampedusa, certains se produisant sans que personne ne l’apprenne jamais.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.