Mali : Bamako affirme avoir récupéré des données électorales à une entreprise française

Bamako, 14 fév 2024 (AFP) – Un groupe d’informaticiens maliens a affirmé mardi avoir récupéré des données indispensables à la tenue d’élections détenues par une société française, lors d’une conférence de presse à Bamako diffusée à la télévision nationale.

L’absence de ces données, « prises en otage » selon Bamako par le groupe français Idemia, avait été l’un des arguments avancé en septembre par la junte au pouvoir depuis 2020 pour repousser l’élection présidentielle à une date ultérieure.

Les militaires au pouvoir ont mis fin à leur alliance avec la France pour se tourner militairement et politiquement vers la Russie.

Les éléments récupérés concernent une base de données biométriques censée permettre de recenser les électeurs.

Spécialisé dans l’identification et la sécurité numérique, le groupe Idemia, est issu de la fusion de Safran Identity & Security (Morpho) et d’Oberthur Technologies (OT), une société qui avait remporté en 2015 un marché de confection des passeports biométriques maliens sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keita.

Mardi, le chef de l’Etat Assimi Goïta a annoncé lors d’une conférence de presse diffusée sur l’ORTM, la télévision nationale, le lancement d’un nouveau fichier biométrique géré par Bamako, Mali Kura Biométrie.

Au cours de cette conférence de lancement, un individu présenté comme représentant les informaticiens travaillant pour Mali Kura Biométrie, visage flouté, a assuré que ses équipes avaient « récupéré des mots de passe » pour accéder à la base de données.

Plusieurs comptes de soutien aux autorités ont alors assuré que des « hackeurs » étaient parvenus à pirater les systèmes de l’entreprise française.

Contactée par l’AFP, Idemia n’a pas confirmé ni démenti ces allégations et a réitéré les déclarations faites à l’AFP en septembre, assurant qu’il n’existe « pas de litige en cours » avec les autorités maliennes et qu’il n’y a « plus de cadre contractuel en vigueur » entre le groupe et le ministère malien de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, « en raison du non-paiement des factures ».

En 2022, une organisation de la société civile malienne avait porté plainte contre l’ancien ministre français des Affaires étrangères Jean Yves le Drian, pour « complicité de prise illégale d’intérêt et favoritisme » dans l’attribution du marché de confection des passeports biométriques maliens à la société Oberthur Technologies.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.