Ministérielle OMC: les négociations se poursuivent ce jeudi matin (ministre)

Genève, 16 juin 2022 (AFP) – Les négociations à l’OMC se sont poursuivies toute la nuit et continuaient jeudi matin, mais le ministre néo-zélandais du commerce a bon espoir d’arriver “à des résultats positifs”.

La réunion entre les 164 pays membres de l’OMC -la première depuis plus de 4 ans – a déjà été prolongée jusqu’à ce jeudi 13H00 GMT dans l’espoir d’arracher des accords sur les vaccins anti-Covid, la pêche ou encore la sécurité alimentaire.

Mais les vives réticences de l’Inde sur plusieurs des textes les plus importants en discussion ont fait jouer les prolongations aux délégations.

Après une pause matinale, les discussions ont repris jeudi à 07H00 GMT, selon une source proche.

“Les négociations se sont déroulées toute la nuit et elles continuent, mais nous restons optimistes que nous pouvons arriver à des résultats vraiment positifs”, a déclaré à l’AFP, Damien O’Connor, sans toutefois vouloir entrer dans les détails.

“Je pense qu’il y a énormément de détermination pour tenter de faire avancer les choses et c’est encourageant”, a-t-il déclaré, lors d’un bref intermède dans l’immense atrium de l’organisation.

Interrogé sur les points de contentieux qui restent sur la table, M. O’Connor n’a pas souhaité élaborer.

“Je pense que nous avons vu énormément de souplesse de toutes les parties dans un esprit de coopération”, a-t-il dit, tout en reconnaissant “qu’il reste des sujets difficiles à résoudre”.

Combien de temps cela va t-il durer ? “quand on aura fini”, a-t-il lancé dans un sourire.

Les pays membres de l’OMC sont réunis jusqu’à jeudi à Genève à l’occasion de la 12e conférence ministérielle de l’organisation.

La grave crise alimentaire mondiale provoquée par l’invasion russe en Ukraine, qui fait partie des greniers à céréales du monde, est au coeur des préoccupations des ministres à l’OMC.

Un autre projet d’accord vise à interdire les restrictions à l’exportation concernant les achats du Programme alimentaire mondial, une des principales agences humanitaires de l’ONU. Mais cette négociation était bloquée jusque-là par l’Inde.

L’Inde a également fait part de son opposition au projet d’accord visant à interdire les subventions qui contribuent à la surpêche et à la pêche illégale.