Naufrages de migrants en Grèce: au moins un mort, 65 disparus (nouveau bilan)

Athènes, 1 nov 2022 (AFP) – Les deux nouveaux naufrages qui ont lieu lundi et mardi en mer Egée en Grèce ont fait jusqu’ici au moins un mort et 65 personnes sont présumées portées disparues, selon un nouveau bilan des garde-côtes grecs.

Un corps a été repêché mardi après-midi au large de l’île grecque de Samos où lundi soir une embarcation en provenance des côtes turques avec douze personnes à bord, selon les déclarations de quatre rescapés, s’est retournée.

Le corps a été repêché par un bateau des garde-côtes turcs qui naviguait dans la zone et était entré illégalement “dans les eaux grecques”, a indiqué mardi soir un communiqué de la police portuaire grecque.

Selon ce texte le bateau turc “a tenté d’endommager un patrouilleur grec” et “a entravé le travail des garde-côtes helléniques et d’un bâtiment italien de l’Agence de surveillance des frontières européennes (Frontex) qui participaient à l’opération de recherche et de sauvetage des personnes disparues au large de Samos.

Le ministre grec de la Marine marchande, Yannis Plakiotakis, a accusé la Turquie d'”avoir voulu provoquer un incident” en mer Egée, théâtre de tensions récurrentes entre les deux voisins, Athènes et Ankara.

Par ailleurs, mardi à l’aube un naufrage similaire a eu lieu au large de l’île d’Eubée, près d’Athènes, alors que de forts vents de plus de 50 km/heure (7-8 Beaufort) soufflaient dans cette zone: initialement les garde-côtes grecs avaient retrouvé sur une îlot proche neuf personnes, des Afghans, des Egyptiens et des Iraniens.

Mardi soir, un autre homme a été repêché sain et sauf au large de cet îlot, portant le nombre de rescapés de ce naufrage à dix personnes.

“Selon les déclarations des rescapés, 68 personnes au total se trouvaient à bord du voilier”, a indiqué Nikos Kokkalas, porte-parole des garde-côtes à la télévision publique Ert.

Les recherches pour retrouver les 58 personnes présumées disparues vont continuer mercredi à l’aube, selon les garde-côtes grecs.

Ces nouveaux drames interviennent moins d’un mois après un nouveau naufrage meurtrier en mer Egée. Le 11 octobre, au moins trente personnes sont mortes dans deux naufrages au large des îles de Lesbos et de Cythère.

Au cours des neuf premiers mois de cette année, la Grèce a connu une augmentation de 80% du nombre d’arrivées de migrants venant de la Turquie voisine par rapport à la même période en 2021.

Depuis janvier, 64 personnes ont péri en tentant d’entrer dans l’UE à partir de la Turquie, contre 111 pour l’ensemble de l’année 2021, selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publiées début octobre.

Durant les huit premiers mois de l’année, les garde-côtes grecs ont fait état du sauvetage d’environ 1.500 personnes contre moins de 600 l’année dernière, selon les données officielles.

Le ministre grec des Migrations et de l’Asile, Notis Mitarakis, a de nouveau renvoyé mardi la responsabilité de ces naufrages sur la Turquie qui laisse “les passeurs turcs profiter des eaux internationales en mer Egée pour envoyer les migrants et réfugiés en Italie”, selon des déclarations à la radio Parapolitika.

La Grèce, l’Italie et l’Espagne comptent parmi les principaux pays d’arrivée pour les migrants venus d’Afrique et du Proche-Orient désireux de gagner l’Union européenne.

OCÉAN D'HISTOIRES

5 MOIS EN ANTARCTIQUE