Nouvelles tensions Manille-Pékin après un incident en mer de Chine méridionale

Manille, 25 mars 2024 (AFP) – Les Philippines ont annoncé lundi avoir convoqué un diplomate de l’ambassade de Chine, qui a protesté en retour, deux jours après un nouvel incident impliquant des navires des deux pays en mer de Chine méridionale.

Manille a fait part de ses « vives protestations contre les actions agressives entreprises samedi par les garde-côtes et la milice maritime chinoise » contre un bateau de ravitaillement philippin au large de l’atoll Second Thomas, un récif contesté en mer de Chine méridionale.

Il se situe à environ 200 kilomètres de l’île philippine occidentale de Palawan et à plus de 1.000 kilomètres de l’île de Hainan, le territoire chinois de grande taille le plus proche.

Selon les Philippines, les garde-côtes chinois ont bloqué un navire de ravitaillement et l’ont endommagé en faisant usage de canons à eau, blessant trois soldats.

Les garde-côtes chinois ont de leur côté qualifié leurs manoeuvres de « régulation, interception et expulsion légitime » d’un bateau étranger ayant « tenté de pénétrer de force » dans les eaux chinoises.

Lundi, l’ambassade de Chine à Manille a indiqué avoir adressé une protestation « solennelle » auprès des Philippines après cet accrochage.

« Le 23 mars, les Philippines ont violé leurs propres engagements, ignoré l’opposition ferme et les avertissements préalables de la Chine, et ont insisté pour envoyer un navire de ravitaillement et deux navires de garde-côtes pour pénétrer arbitrairement dans les eaux proches du récif Ren’ai dans les îles Nansha de la Chine », indique l’ambassade dans un communiqué, utilisant l’appellation chinoise de l’atoll Second Thomas.

Il s’agit d’une « intrusion illégale », insiste-t-elle.

Manille a déclaré avoir déposé une protestation similaire auprès du ministère des Affaires étrangères chinois.

« Les Philippines ont souligné, entre autres, que la Chine n’a pas le droit d’être sur l’atoll Ayungin », utilisant le nom philippin de Second Thomas.

« Les Philippines exigent que les vaisseaux chinois quittent les environs de l’atoll Ayungin et la zone économique exclusive des Philippines immédiatement ».

Au cours des derniers mois, des navires chinois ont déjà fait usage de canons à eau et sont entrés en collision avec des navires philippins à proximité de cet atoll.

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, y compris des eaux et des îles proches des côtes de plusieurs pays voisins, en dépit d’une décision de la justice internationale en 2016.

Selon Manille, le navire philippin attaqué samedi et qui menait une mission de rotation et de ravitaillement de routine sur l’atoll a subi des dégâts.

Le navire d’escorte des garde-côtes qui lui a porté assistance a déployé des canots pneumatiques à coque rigide pour acheminer sa cargaison et son personnel sur l’atoll.

Des soldats philippins stationnés sur le haut-fond vivent à bord d’un navire de la marine désaffecté, le BRP Sierra Madre, et ont besoin d’être fréquemment ravitaillés.

La liaison maritime est également nécessaire pour les rotations de personnel.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.