Porte-avions britanniques: Paris a versé de l’argent à Londres en pure perte (rapport)

Paris avait proposé à Londres en 2002 de coopérer sur un projet de porte-avions de l’avenir « en vue de construire deux porte-avions pour la Royal Navy et un pour la Marine nationale française », rappelle la Cour dans son rapport annuel. L’objectif était de dégager des économies d’échelle pour faire face aux contraintes budgétaires.

« Mais dès l’origine, le Royaume-Uni avait clairement fait savoir que ni les caractéristiques, ni le calendrier, ni le projet industriel qu’elle menait n’étaient susceptibles d’être adaptés, a souligné le président de la Cour, Didier Migaud, en présentant le rapport. Malgré cela, la France a signé en 2006 un accord voué à l’échec. Il permettait à la France d’acheter l’accès aux études britanniques, au prix élevé de 103 millions d’euros (112 millions constants 2013) afin de s’en inspirer ».

« Cette somme n’a été, in fine, qu’une pure subvention au programme anglais », selon M. Migaud. « D’autres dépenses ont été consacrées à la production d’études inutilisables, portant la dépense à 196 millions d’euros (214 millions d’euros constants 2013). Il peut arriver que des programmes d’armement n’aboutissent pas à des réalisations concrètes, il est en revanche anormal que des sommes aussi importantes aient été engagées alors que l’impasse de la coopération était très largement prévisible », a souligné le président.

Le programme visant à doter la France d’un second porte-avions, pour épauler le Charles-de-Gaulle, a été lancé en 2005 et suspendu en 2008 faute de moyens.

Les navires ne sont jamais opérationnels toute l’année et exigent des périodes d’entretien et de réparation. Deux porte-avions sont ainsi nécessaires si le choix politique est d’en avoir un en mer en permanence.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.