Taiwan consent pour la première à vendre à Pékin des parts d’un terminal portuaire

Il s’agit de la première transaction du genre entre l’île nationaliste et la Chine communiste.

Dans un avis transmis à la Bourse de Taïwan, aux termes de l’accord, qui a encore besoin de l’aval du gouvernement de Taïwan, la Kao Ming Container Terminal Corp, détenue par Yang Ming Marine, sera autorisée à vendre une part de 30% d’un terminal pour porte-conteneurs dans le port de Kaoshiung, dans le sud de l’île.

Yang Ming n’a pas fourni de détails concernant l’acquéreur mais, selon Dow Jones Newswires, les sociétés chinoises Cosco Pacific et China Shipping détiendront chacune 10% de la coentreprise.

Le ministère de l’Economie taïwanais avait assoupli en mars son contrôle sur les investissements chinois mais le secteur des télécommunications reste interdit aux investisseurs chinois.

Ces derniers sont désormais autorisés à acquérir jusqu’à 50% d’infrastructures publiques clé, dont les métros, certains chemins de fer, les ponts et les tunnels ainsi que d’installations culturelles et éducatives.

Ils peuvent également investir sans limite dans les centres de conférence, les parcs nationaux et plusieurs autres secteurs, a indiqué le ministère.

KAO

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.