Transport maritime: l’OMI assure le service minimum en matière d’environnement

Londres, 17 juin 2021 (AFP) – L’Organisation maritime internationale (OMI) a adopté jeudi plusieurs mesures en matière de lutte contre la pollution causée par l’industrie du transport maritime au terme d’une semaine de négociations, sans aller assez loin, jugent la France et des organisations environnementales.

La première porte sur la mise en place de critères spécifiques d’efficacité énergétique basés sur le type et la taille des navires existants, comparable à celle déjà en vigueur pour les navires neufs.

La seconde, âprement débattue, fixe le pourcentage de réduction de l’intensité carbone des navires d’ici le 31 décembre 2030.

« Nous avons décidé que les facteurs de réduction seraient limités à 11% entre 2023 et 2026, sans fixer d’objectif pour les années 2027-2030 », explique à l’AFP Damien Chevallier, représentant permanent adjoint français auprès de l’OMI.

Cette position était soutenue par un nombre important d’Etats dont la Chine, l’Argentine, le Chili, les Emirats arabes unis, l’Inde, le Panama, ou encore Singapour, mais pas par la France.

Le résultat est donc « très décevant » pour M. Chevallier qui poussait pour le double en pourcentage et une visibilité donnée à l’industrie jusqu’en 2030.

« Le paquet de +mesures d’efficacité énergétique à court terme+ visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre adopté est pratiquement inutile », a tancé de son côté John Maggs, conseiller de l’ONG Seas at Risk.

Dans ses propos de conclusion du 76ème Comité de la protection du milieu marin (MEPC) jeudi, le secrétaire général de l’OMI Kitack Lim s’est néanmoins félicité de « progrès significatifs » avec l’adoption de ces décisions qui se traduisent par des amendements à la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL).

Le transport maritime représente actuellement 2% à 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon l’Institut supérieur d’économie maritime (Isemar), soit davantage que le transport aérien.

L’organisation spécialisée de l’ONU s’est engagée à garantir une réduction de 40% de l’intensité carbone de l’industrie qu’elle encadre d’ici 2030 par rapport à 2008.

Les discussions sur un fonds dédié à la recherche et développement (R&D), porté par les industriels, ainsi que des mesures contre les émissions de carbone noir, fléau pour l’Arctique, ont été repoussées au prochain MEPC, le 77ème, prévu en novembre.

Deux groupes de travail dits « intersessions » auront lieu d’ici là.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.