Tunisie: la marine porte secours à 81 migrants partis de Libye

Tunis, 14 mai 2022 (AFP) – La marine tunisienne a annoncé samedi avoir secouru 81 migrants, dont une femme, partis des côtes libyennes qui se trouvaient sur une embarcation de fortune en mauvais état.

Parmi les 81 migrants –80 hommes et une seule femme– qui tentaient de franchir clandestinement la Méditerranée, “38 sont originaires d’Egypte, 32 du Bangladesh, 10 du Soudan et 1 du Maroc”, a indiqué la marine militaire.

Le bateau, qui était endommagé, a été intercepté alors qu’il se trouvait à 6 km environ des côtes du nord-est de la Tunisie.

L’embarcation était partie dans la nuit du 13 au 14 mai, du village d’Abu Kammash, à l’extrême-ouest de la Libye, tout près de la frontière tunisienne, selon les témoignages des candidats à l’immigration qui ont dit avoir entre 20 et 38 ans.

Ils ont été ramenés au port El Ktef, près de Ben Guerdane, non loin de la frontière libyenne, pour être pris en charge par la garde nationale.

Début mai, les autorités tunisiennes avaient annoncé avoir retrouvé les corps de 24 migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes du centre-est de la Tunisie.

Entre le 22 et le 30 avril, quatre embarcations avaient chaviré au large des côtes de Sfax, provoquant la noyade des migrants repêchés les jours suivants, tandis que 97 personnes avaient pu être secourues.

Des centaines de migrants, provenant surtout d’Afrique subsaharienne, rejoignent la Tunisie dans le but de gagner ensuite l’Europe, en traversant la Méditerranée, le plus souvent en s’entassant sur des bateaux de fortune.

L’Italie est l’un des principaux points d’entrée en Europe pour les migrants en provenance d’Afrique du Nord, qui arrivent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays d’où les départs ont considérablement augmenté en 2021.

L’an passé, 15.671 migrants, dont 584 femmes, ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes contre 12.883 en 2020, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

Près de 2.000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée l’an passé, contre 1.401 en 2020, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).