Une championne d’haltérophilie, première victime du Covid à Nauru

Wellington, 7 juil 2022 (AFP) – Une championne d’haltérophilie, Reanna Solomon, est devenue la première personne à mourir du Covid-19 dans l’île de Nauru, un des plus petits pays du monde, a annoncé la Fédération océanienne d’haltérophilie.

« Reanna Solomon, qui n’était âgée que de 40 ans, a perdu la vie à cause du virus du Covid-19 », a annoncé la fédération dans un communiqué jeudi soir.

Le président du petit Etat insulaire du Pacifique Lionel Aingimea avait auparavant indiqué, sans mentionner le nom de la championne, que le pays avait enregistré son premier décès dû au Covid-19 le 1er juillet.

Reanna Salomon avait gagné deux médailles d’or dans la catégorie super-lourds aux Jeux du Commonwealth en 2002, et avait terminé 10ème aux Jeux olympiques d’Athènes deux ans plus tard. Elle était mariée et mère de cinq enfants, a précisé la Fédération.

Nauru, qui compte moins de 11.000 habitants, enregistre actuellement plus de 4.100 cas de Covid-19. Pour tenter d’enrayer l’épidémie, le gouvernement inflige des amendes pouvant atteindre 6.700 euros à toute personne se promenant à l’extérieur pour des raisons non-essentielles ou ne portant pas de masque.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.