Une énorme grue à Baltimore pour dégager les débris du pont effondré

Baltimore (États-Unis), 29 mars 2024 (AFP) – Une énorme grue, décrite comme la plus grande de la côte Est des Etats-Unis, se tenait prête vendredi à dégager les débris du pont qui s’est effondré à Baltimore cette semaine après avoir été percuté par un porte-conteneurs.

Le pont Francis Scott Key, emprunté chaque jour par des dizaines de milliers de véhicules, s’est écroulé tel un château de cartes mardi, bloquant l’entrée du port de Baltimore. Les corps de deux des six ouvriers portés disparus et considérés comme morts ont été retrouvés.

Les autorités ont prévenu que la réouverture du port, important pour l’économie américaine, prendrait beaucoup de temps. La grue est arrivée dans la région dans la nuit de jeudi à vendredi, selon les médias américains.

« Avant de pouvoir procéder au levage, nous devons trouver la manière de découper le pont en morceaux de la bonne taille afin de pouvoir les soulever hors de l’eau à l’aide d’une grue », a expliqué un responsable des garde-côtes américains, Shannon Gilreath.

Les opérations pour retrouver les quatre autres dépouilles ont été interrompues car les autorités ont jugé trop dangereux le travail des plongeurs sur le lieu de l’accident.

Afin de nettoyer les débris et d’enlever la structure entravant les recherches et obstruant l’accès au port, le Corps des ingénieurs de l’armée a déclaré avoir activé un plan d’urgence pour déployer plus de 1.100 spécialistes.

Il enverra également des véhicules télécommandés et des sonars ainsi que plusieurs navires et des experts en sécurité sous-marine.

Le Maryland, où se situe Baltimore, a demandé à l’Etat fédéral une première enveloppe de 60 millions de dollars, appel rapidement entendu par le gouvernement.

Le ministère américain des Transports a annoncé jeudi le « déblocage rapide » de ce montant en « fonds d’aide d’urgence » au Maryland.

Cette somme doit permettre d' »aider le Maryland à entamer des travaux urgents » et sera suivie d’autres fonds « au fur et à mesure que la reconstruction progressera », a expliqué le ministre des Transports, Pete Buttigieg.

– Assurance –

Après le drame, le président Joe Biden s’est engagé à ce que l’administration fédérale prenne en charge l’intégralité du coût de la reconstruction du pont.

Quatre hommes, tous des immigrés latino-américains, sont présumés morts après que le Dali, un porte-conteneurs long de 300 mètres pour 48 mètres de largeur, s’est encastré dans une pile du pont à cause de problèmes de propulsion.

Ils faisaient partie d’une équipe de huit ouvriers travaillant de nuit à la réparation de la chaussée du pont. Deux d’entre eux ont été secourus peu après l’effondrement de la structure.

En raison de cet accident, le transport maritime reste suspendu. Le port de Baltimore, qui génère plus de 15.000 emplois, est le neuvième du pays en termes d’activité.

Les compagnies de croisières ont également été affectées. Royal Caribbean a indiqué avoir dérouté un paquebot vers Norfolk, en Virginie.

Jeudi, le patron du marché de l’assurance Lloyd’s of London a prévenu que l’indemnisation de l’accident par les compagnies d’assurance pourrait être la plus élevée jamais versée dans le transport maritime.

En amont de Baltimore, les autorités portuaires de New York et du New Jersey prévoient d’accueillir plus de marchandises afin d’atténuer les conséquences de cet accident, ont annoncé jeudi les gouverneurs de ces Etats dans un communiqué commun.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.