Une expédition Greenpeace au large de la Guyane française pour « protéger les océans »

« Les eaux guyanaises abritent une biodiversité exceptionnelle. La présence de nombreuses espèces de cétacés, baleines à bosses, orques, requins-baleines, de tortues marines et d’oiseaux marins a été documentée depuis une dizaine d’années mais la connaissance scientifique sur cette zone reste limitée », a expliqué à l’AFP Greenpeace France.

Une mission à bord du bateau de Greenpeace, l’Esperanza, se déroule du 29 août au 28 septembre à 100 kilomètres au large de la Guyane.

Elle va tenter de mieux documenter la présence de la faune océanique, avec un « objectif plus spécifique sur la baleine à bosse », a expliqué à l’AFP Olivier Van Canneyt, biologiste marin à l’observatoire Pelagis, associé à la mission.

L’équipe va « tester les modèles de distribution de ces espèces face aux changements des conditions environnementales », a précisé Sophie Laran, de Pelagis.

Pour M. Van Canneyt, »il y a des enjeux de conservation assez importants » face à « l’augmentation du trafic maritime, l’exploitation minière ».

« Il y a plusieurs projets d’exploitation pétrolière » dans le bassin de l’embouchure de l’Amazone, a indiqué à l’AFP Thiago Almeida, chargé de campagne à Greenpeace. « Les plus importants sont des projets portés par Total et BP. Si BP obtient prochainement l’autorisation de forer, cela va créer un précédent dans le nord Brésil », a ajouté M. Almeida, précisant que le gouvernement brésilien a en ligne de mire le développement de « 237 » nouvelles concessions pétrolières vendues aux enchères.

« La politique environnementale au Brésil est en train de s’aggraver. Si des projets sont accordés dans le nord, en cas de marée noire, à cause des courants marins, c’est la Guyane qui sera touchée », a précisé Edina Ifticène, chargée de campagne Océans à Greenpeace.

Cette mission intègre la campagne internationale de Greenpeace pour la protection des océans, alors qu’un « traité mondial pour les océans » est « actuellement en cours de négociation à l’Organisation des nations unies », a-t-elle ajouté.

A partir du 11 septembre, toujours au large de la Guyane, des scientifiques étudieront le récif de l’Amazone, découvert en 2016 et qui s’étend dans les eaux guyanaises. Les « premières plongées profondes » y seront effectuées « pour récolter des échantillons à des fins d’analyses génétiques », précise Greenpeace.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.