USA: le coût de frappes en Syrie “pas extraordinaire” (patron de la Marine)

“Les chiffres ne sont pas extraordinaires à ce stade”, a déclaré l’amiral Jonathan Greenert, chef d’état-major de l’US Navy, lors d’une intervention devant l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion conservateur de Washington.

Interrogé la veille lors d’une audition devant la Chambre des représentants américaine, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel avait évoqué un coût de “plusieurs dizaines de millions de dollars”.

La plupart des navires lance-missiles dans la zone “étaient là-bas de toute façon” dans le cadre de leur déploiement habituel, a expliqué l’amiral Greenert, mettant à part le cas du porte-avions Nimitz et des trois destroyers et du croiseur qui constituent son escorte.

Ce groupe aéronaval, qui devait rentrer aux Etats-Unis à l’issue d’un déploiement dans la région du Golfe, a été redirigé vers la mer Rouge.

Le coût hebdomadaire d’un destroyer en déploiement est de deux (BIEN deux) millions de dollars, celui d’un groupe aérien (les quelque 80 appareils que compte un porte-avions) de 25 millions de dollars pour des “opérations de routine”, et de 40 millions en cas d’opérations soutenues.

Hormis l’éventuel recours à des frappes effectuées à l’aide de bombardiers furtifs B-2, le coût de frappes devrait donc essentiellement dépendre du nombre de missiles Tomahawk tirés par l’US Navy.

Ces missiles ont déjà été payés, il faudrait en revanche que la Marine les remplace à l’avenir s’ils étaient lancés.

Pour le seul premier jour de l’intervention en Libye, 110 Tomahawks avaient été tirés. La participation américaine à l’opération avait coûté au total un milliard de dollars.

Gordon Adams, spécialiste du budget de la défense, estime pour sa part dans Foreign Policy que le “surcoût” lié à des frappes en Syrie, notamment les primes pour les militaires impliqués ou la consommation de carburant, serait au maximum de “100 à 200 millions de dollars”.

Ces chiffres ne prennent toutefois pas en compte le coût de remplacement des Tomahawks tirés.