Volet financier de l’affaire Karachi: la décision sera rendue le 21 janvier 2025

Paris, 19 juin 2024 (AFP) – La cour d’appel de Paris a mis sa décision en délibéré au 21 janvier 2025 mercredi, dernier jour du procès en appel du volet financier de l’affaire Karachi, au cours duquel la défense a plaidé la relaxe.

Six hommes – un industriel, deux intermédiaires et trois politiques – étaient rejugés depuis le 3 juin pour abus de biens sociaux, complicité ou recel de cette infraction, dans un pan de cette affaire tentaculaire.

En cause: des commissions, alors légales, versées à des intermédiaires en marge de contrats de frégates et de sous-marins, signés en 1994 avec l’Arabie saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta).

Pour le tribunal correctionnel, qui a prononcé en 2020 des peines allant de deux à cinq ans d’emprisonnement ferme, le pouvoir politique a, à l’époque, imposé un réseau d’intermédiaires « inutiles » qui ont touché des pots-de-vin « exorbitants ».

Et pour la juridiction de première instance, une partie de ces commissions est revenue en France, sous forme de rétrocommissions, notamment pour alimenter la campagne présidentielle perdue d’Edouard Balladur en 1995.

Une version combattue encore une fois au seuil du second procès par la défense, qui a réclamé mardi et mercredi la relaxe en plaidant la prescription, en fustigeant les « anachronismes », la « reconstruction » a posteriori et « l’absence de preuves » dans un dossier « vide ».

Les avocats se sont en partie appuyés sur le réquisitoire de l’accusation qui, lundi, a fait volte-face par rapport au premier procès, estimant que le lien entre les rétrocommissions et la campagne Balladur ne pouvait être « établi ».

Les avocats généraux ont ainsi requis la relaxe de Nicolas Bazire, l’ancien directeur de campagne, en « cohérence » avec la décision rendue par la Cour de justice de la République (CJR), qui en 2021 a blanchi l’ex-Premier ministre – mais condamné son ancien ministre de la Défense François Léotard.

Le ministère public a néanmoins réclamé des sanctions pour le reste des poursuites: la mise en place d’un système de « prédation » via l’imposition d’intermédiaires surnuméraires qui ont touché des commissions « disproportionnées », au détriment de deux entités détenues par l’Etat (la DCNI et la Sofresa) qui vendaient les armements.

Quatre ans de prison avec sursis ont été requis contre Thierry Gaubert, impliqué dans la campagne ; trois ans avec sursis contre Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller de François Léotard ; deux ans avec sursis contre Dominique Castellan, ex-patron de la DCNI.

Des amendes de 40.000 à 60.000 euros ont aussi été réclamées contre eux.

Concernant les deux intermédiaires, absents du procès car en fuite, ils ont réclamé cinq ans de prison dont deux ferme contre Abdul Rahman al Assir et cinq ans ferme contre Ziad Takieddine.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.