Un nouveau Directeur général pour le groupe GTT

A l’occasion de la prise de fonction officielle, le jeudi 13 juin, de Jean-Baptiste Choimet à la direction générale de GTT, Marine & Océans vous propose un entretien exceptionnel avec les deux dirigeants du groupe français.

Expert mondialement reconnu des systèmes de confinement cryogénique à membranes dédiés au transport et au stockage des gaz liquéfiés, GTT est également un acteur majeur des nouvelles solutions pour accompagner les armateurs et les énergéticiens dans leur trajectoire vers un futur décarboné.


 

Philippe Berterottière, Président du groupe GTT :

« Jean-Baptiste Choimet offre des qualités personnelles et managériales particulièrement précieuses. »

Jean-Baptiste Choimet, Directeur général du groupe GTT :

« Je prends la tête d’un Groupe très solide, dont il faut saluer les succès ».

* * *

 

Le groupe GTT vient de mettre en place une nouvelle gouvernance, avec un Président et un Directeur général. Quel sera l’impact de ce changement sur le développement du Groupe ?

Philippe Berterottière : La dissociation des fonctions de Président et de Directeur général a été décidée par le Conseil d’administration de GTT il y a maintenant plus de deux ans. Cette évolution est avant tout le gage d’un respect des meilleures pratiques de gouvernance telles qu’elles sont pratiquées à travers le monde.

Jean-Baptiste Choimet : Ma nomination à la direction générale de GTT s’inscrit avant tout dans une perspective de continuité. Je prends la tête d’un Groupe très solide, dont il faut saluer les succès, et qui dispose de très nombreux atouts pour soutenir son développement futur. Le cheminement de GTT est clair : pionnier il y a 60 ans avec les premiers systèmes membranaires de confinement du GNL, GTT a pour ambition de rester pionnier dans une transition énergétique aux contours encore incertains.

Comment envisagez-vous votre collaboration ?

Philippe Berterottière : Je voudrais commencer par dire que je suis très heureux que Jean-Baptiste Choimet ait été choisi par le Conseil d’administration pour prendre la Direction générale de GTT. A la tête d’Elogen, Jean-Baptiste a fait preuve d’une faculté à porter une vision claire et mobilisatrice, mais aussi d’une énergie sans faille pour faire de notre filiale un acteur technologique de premier plan dans le domaine de l’hydrogène. Il est, par ailleurs, profondément attaché au Groupe. Il saura donc mobiliser les équipes pour accélérer la transformation de GTT.

Maintenant, plus concrètement, concernant notre fonctionnement : au-delà de mon rôle classique de Président du Conseil d’administration, je serai notamment aux côtés de Jean-Baptiste Choimet, pour rencontrer, au cours des prochaines semaines et des prochains mois, les armateurs et les chantiers navals, qui sont les clients historiques du Groupe. C’est un passage de relais qui nous parait, à tous les deux, indispensable.

Jean-Baptiste Choimet : J’ai la chance d’avoir travaillé avec Philippe Berterottière, au cours des quatre dernières années, de façon fluide et transparente. Nous nous connaissons bien et je crois que nous partageons des valeurs essentielles pour conduire un groupe comme GTT : la rigueur d’une part, la détermination mais aussi une certaine dose d’audace et de curiosité. Nous ferons un bon tandem !

Quels sont les grands enjeux du groupe GTT et comment envisagez-vous de les aborder ?

Philippe Berterottière : Avant de nous projeter vers l’avenir, et je laisserai cette partie à Jean-Baptiste, je pense qu’il faut prendre un moment pour saluer le chemin parcouru par GTT. Au cours des 15 dernières années, GTT est devenu un groupe tout à fait extraordinaire, dont les technologies rayonnent dans le monde entier. Au-delà de notre cœur de métier, nous avons ouvert nos marchés vers le GNL carburant, mais aussi les solutions digitales et nous préparons les solutions technologiques qui seront vitales dans un monde décarboné. Nous nous sommes diversifiés avec l’acquisition d’un acteur technologique dans le domaine de l’hydrogène, Elogen. Enfin, le Groupe dispose d’une situation financière très robuste et d’un actionnariat solide et diversifié. GTT dispose donc de nombreux atouts pour l’avenir.

Jean-Baptiste Choimet : Je suis convaincu que GTT jouera un rôle essentiel dans un contexte de transition énergétique aux dimensions multiples. Dans cette perspective, le GNL occupera une place centrale, le temps de développer de façon fiable, économiquement viable et à grande échelle les énergies de demain. Cela signifie que GTT devra continuer à progresser, simultanément, sur plusieurs fronts : renforcer notre cœur de métier avec l’optimisation continue de nos solutions, et, parallèlement, poursuivre le développement sur les marchés adjacents et dans l’hydrogène, tout en ouvrant de nouvelles voies. J’envisagerai ce cheminement avec la rigueur et la maitrise qui ont marqué le développement de GTT au cours des dernières années.

Concrètement, à court terme, quelles seront vos priorités ?

Jean-Baptiste Choimet : Je pars avec un immense avantage : je connais le Groupe, et une grande partie de ses équipes, à commencer par le Comité exécutif de GTT. Au-delà de la mobilisation continue des équipes en interne, je m’attacherai à aller à la rencontre des clients du Groupe. Comme Philippe Berterottière l’a mentionné, nous irons, ensemble, leur rendre visite, pour un passage de relais en bonne et due forme. Je pense que les chantiers navals et les armateurs ont besoin de comprendre qui je suis, d’où je viens et quelles sont mes convictions. Par ailleurs, ils seront probablement très sensibles au fait que je connaisse intimement le monde du GNL et ses enjeux.  Une autre de mes priorités sera de prendre le relais de Philippe Berterottière pour poursuivre le dialogue fructueux et transparent que GTT a mis en œuvre au cours des 10 dernières années avec la communauté financière. Certains investisseurs me connaissent déjà, dans mon rôle de Directeur général d’Elogen. Là aussi, je pense qu’il est important pour eux de comprendre que GTT a pour Directeur général quelqu’un qui, non seulement, connait très bien le Groupe mais aussi l’écosystème du GNL, qui est une planète très particulière dans la galaxie de l’énergie.

Philippe Berterottière : De mon côté, je suis à la disposition du Directeur général au cours des prochaines semaines, pour lui apporter le soutien dont il peut avoir besoin durant cette phase de transition.

Philippe Berterottière, si vous aviez un conseil à donner à Jean-Baptiste Choimet, quel serait-il ?

Philippe Berterottière : GTT est un groupe technologique, donc avant tout un groupe de femmes et d’hommes, qui sont passionnés et engagés. La dimension humaine était donc fondamentale dans le choix du nouveau Directeur général. Dans cette optique, Jean-Baptiste Choimet offre des qualités personnelles et managériales particulièrement précieuses. Je sais qu’il saura embarquer les équipes du Groupe. Il imprimera sa marque managériale et son style. Mon conseil est très simple : soyez vous-même !


En savoir + :  Jean-Baptiste Choimet

Jean-Baptiste Choimet rejoint le Groupe GTT en 2020 et devient Directeur général d’Elogen, une filiale du Groupe spécialisée dans la conception et la fabrication d’électrolyseurs destinés à la production d’hydrogène vert, en novembre de la même année. Il a débuté sa carrière chez EDF, où il a contribué au développement du projet de terminal méthanier de Dunkerque, pour rejoindre ensuite le groupe Société Générale et créer l’activité de négoce de GNL. En 2012, il rejoint Technip, où il occupe des fonctions commerciales et intervient sur les grands projets de GNL, en Australie et en Russie. En 2019, il rejoint le groupe Bouygues Construction, où il est en charge des opérations pour le déploiement de réseaux télécoms. Agé de 42 ans, Jean-Baptiste Choimet est diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Université de Cambridge (Advanced Chemical Engineering Practice).

Découvrir GTT.

Marine & Oceans
Marine & Oceans
La revue trimestrielle MARINE & OCÉANS est éditée par la "Société Nouvelle des Éditions Marine et Océans". Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public aux principaux enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d’un milieu fragile.   Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu'aux échanges. Les ressources qu'ils recèlent sont à l'origine de nouvelles ambitions et, peut-être demain, de nouvelles confrontations.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.