Arctique: la Norvège assure être dans son droit en bloquant une cargaison russe vers le Svalbard

Oslo, 29 juin 2022 (AFP) – La Norvège a assuré mercredi être dans son droit en bloquant l’entrée sur son sol d’une cargaison destinée à des Russes sur l’archipel arctique norvégien du Svalbard, après des menaces de représailles de Moscou.

Oslo “n’essaie pas de mettre d’obstacles” au ravitaillement d’une communauté de mineurs russes installée dans ces vastes îles norvégiennes proches du Pôle Nord, a assuré la ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt dans une déclaration à l’AFP, après des accusations d'”action inamicale” par la diplomatie russe.

“La Norvège ne viole pas le traité du Svalbard”, qui régit depuis un siècle, avec des règles spécifiques, ce territoire de seulement 3.000 habitants perdu aux confins de l’Arctique.

La cargaison qui a suscité les vives protestations russes “a été bloquée sur la base des sanctions” prises par Oslo à la suite de l’invasion de l’Ukraine, “qui interdisent l’entrée de compagnies russes de transport de marchandises sur le territoire norvégien”, a souligné la ministre.

Dans cet épisode de tension dans l’Arctique, Moscou reproche à la Norvège d’avoir bloqué 20 tonnes de marchandises au point de passage frontalier terrestre de Storskog, qui devaient être chargés pour le Svalbard à bord d’un navire dans le port norvégien de Tromsø.

Mais rien n’empêche la partie russe d’utiliser d’autres voies directes, par exemple maritimes, pour approvisionner sa communauté de mineurs installée dans la petite cité minière Barentsburg, a pointé Mme Huitfeldt.

La situation est par ailleurs normale dans ce petit bourg où est exploitée la mine de charbon la plus septentrionale du monde. “Les résidents ont accès à de la nourriture et à des médicaments”, selon Oslo.

Après avoir convoqué le chargé d’affaires norvégien à Moscou, la Russie avait réclamé mercredi à la Norvège le règlement “au plus vite” de cette question, évoquant des “mesures de représailles”.

Le Svalbard est régi par un traité atypique, conclu en 1920 à Paris.

Il reconnaît la souveraineté de la Norvège mais garantit aussi aux ressortissants des Etats signataires, aujourd’hui 46 dont la Russie, la liberté d’y exploiter les ressources naturelles “sur un pied de parfaite égalité”.

C’est à ce titre que, depuis des décennies, la Russie – l’URSS avant elle – extrait du charbon sur ces terres, parmi les endroits habités les plus au nord de la planète.