Côte d’Azur: un projet de méga-ferme aquacole validé par la préfecture

Nice, 27 juil 2023 (AFP) – Un projet de méga-ferme aquacole au large de Golfe-Juan, sur la Côte d’Azur, fortement contesté par des pêcheurs et des défenseurs de l’environnement, a été définitivement validé par la préfecture des Alpes-Maritimes, a-t-on appris jeudi auprès de cette dernière et du promoteur.

Après plus de 24 mois d’instruction, Aquafrais Cannes « est enthousiaste d’annoncer que son projet de modernisation a été validé par la préfecture des Alpes-Maritimes », a indiqué l’entreprise à l’AFP.

Un arrêté préfectoral « d’autorisation environnementale » pour la production de « bar ou loup de Méditerranée et de daurade », consulté par l’AFP, a été pris le 24 juillet.

Cet arrêté a été pris malgré « un avis défavorable » rendu en avril à l’issue d’une enquête publique. Un autre organisme, la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAE) avait jugé de son côté en octobre que le projet offrait « toutes les garanties pour l’environnement, car il est éloigné des herbiers de posidonie » et situé dans un périmètre « propice » à l’aquaculture.

Ce projet qui vise à doubler l’actuelle production locale est jugé « bénéfique pour tout un secteur, et plus encore pour les professionnels azuréens et français qui bénéficieront d’une plus large offre en circuit court, et d’une qualité supérieure, sur un marché dominé à plus de 85% par les importations grecques et turques », a ajouté Aquafrais dans un communiqué.

L’entreprise familiale, créée il y 35 ans et qui exploite déjà plusieurs fermes sur cette partie du littoral et produit 570 tonnes de poisson par an, prévoit de porter sa production à 1.200 tonnes d’ici à 2026.

Pour ce faire, elle va rassembler trois concessions éparses déjà existantes et se dotera d’une structure unique de 24.000 m2 au large de Vallauris-Golfe-Juan. Deux concessions au Cap d’Antibes et à Théoule-sur-Mer seront fermées.

La société, qui réalise un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros par an, prévoit d’investir « plusieurs millions d’euros, ce qui permettra d’augmenter la production de poissons nobles en France (daurade royale et bar), de créer 20 emplois en plus des 35 existants, dans le respect des normes environnementales », selon son directeur général Jérôme Hémar.

Le projet a suscité de vives protestations de la part des pêcheurs professionnels et des plaisanciers qui avaient organisé en février dernier un défilé d’une centaine d’embarcations entre les ports de Golfe-Juan et de Cannes, pour dénoncer son impact pour l’environnement et les dangers qu’il représenterait pour la navigation.

Les pêcheurs professionnels de Golfe-Juan, qui sont une demi-douzaine, étaient eux aussi vent debout, dénonçant une aquaculture « industrielle » et déplorant, selon eux, la perte d’une zone de travail de 12 hectares.

Une pétition contre le projet avait rassemblé plus de 2.500 signatures et reçu le soutien de quelques élus.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.