Décès à Zanzibar de la chanteuse Bi Kidude, légende du Taarab

“Elle est décédée, nous sommes en train d’organiser les funérailles”, a déclaré Baraka Abdullah, expliquant que sa tante, présumée centenaire, était depuis plusieurs mois malade et alitée chez elle dans son village proche de la ville de Zanzibar.

Bi Kidude, qui serait née dans les années 1910 et dont le vrai nom était Fatuma binti Baraka, avait commencé à chanter dès les années 1920 et était considérée comme la reine de la musique taarab.

Dérivé de la musique arabe classique – apportée entre la fin du XIXe et le tout début du XXe siècles à Zanzibar par les sultans arabes – et enrichi d’influences africaines et swahilies, le taarab a essaimé sur les côtes kényanes et tanzaniennes, ainsi que dans l’archipel des Comores.

Bi Kidude, visage ridé sur une frêle silhouette et voix haut perchée, dépensait une énergie débordante sur scène, frappant un large tambour coincé entre ses jambes, tirant à intervalles réguliers sur une cigarette ou lampant une rasade d’alcool à la bouteille.

En 2005, elle avait reçu le prestigieux prix World Music Expo (Womex) pour sa contribution extraordinaire à la musique et à la culture de Zanzibar, île autonome dont la population et la culture sont profondément marquées par le métissage entre Afrique, monde arabe et reste de l’océan Indien.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE