Des Groenlandais demandent des comptes au Danemark après avoir été adoptés sans l’avis de leur famille

Copenhague, 21 juin 2024 (AFP) – Nés au Groenland, ils ont été adoptés par des Danois dans les années 1950 à 70, sans le consentement de leurs familles et demandent aujourd’hui réparation à l’Etat danois, a annoncé vendredi leur avocat.

« Les Groenlandais pensaient avoir prêté un enfant à des parents d’accueil, mais ils ne se rendaient pas compte que c’était pour la vie et qu’ils ne verraient pas leurs enfants », a expliqué Mads Pramming à la radio P1.

Quatre de ses clients, adoptés dans dans ce contexte par des familles danoises, demandent 250.000 couronnes (33.500 euros) à l’état danois qu’ils accusent d’avoir facilité ces adoptions en toute connaissance de cause.

En 2020, dans un entretien au quotidien Information, un ancien chef des services sociaux au Groenland, Alfred Dam, avait comparé la situation dans l’île dans les années 60 à du « libre-service ».

« Les adoptions se sont souvent déroulées de la manière suivante : le médecin local disait à une femme : +Vous ne pouvez pas vous en occuper, vous avez déjà cinq enfants. Pourquoi ne pas le faire adopter?+ Elle répondait alors : +Aap+ – oui en groenlandais. On lui disait alors où apposer sa signature. Elle signait ainsi qu’elle ne reverrait plus jamais son enfant », avait-il expliqué.

Colonie danoise jusqu’en 1953, le Groenland est devenu alors un territoire constitutif du royaume du Danemark mais ses relations avec Copenhague n’étaient pas établies sur un pied d’égalité.

Depuis quelques années, le Danemark explore ses liens avec l’immense île arctique, qui a le statut de territoire autonome depuis 2009.

En 2022, six Inuits avaient obtenu excuses et indemnisation, plus de 70 ans après avoir été séparés de leurs familles pour participer à une expérience visant à constituer une élite danophone au Groenland.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.