Golfe de Gascogne: la filière pêche déplore des « pertes folles »

Les Sables-d’Olonne (France), 16 fév 2024 (AFP) – En bottes et tabliers, les mareyeurs des Sables d’Olonne (Vendée), ferment boutique avec trois heures d’avance. Ce matin de février, la criée a reçu neuf tonnes de pêche. Sans les restrictions dans le golfe de Gascogne, « ce serait plus de 30 tonnes », se désole l’un d’eux.

Pour Benjamin Hennequin, à la tête de l’entreprise du même nom, l’interdiction de sortie de certains pêcheurs, du 22 janvier au 20 février inclus, représente des « pertes folles ».

Installée au coeur de la criée, bâtiment en béton à l’odeur de marée, sa société de mareyage compte 23 employés, dont huit au chômage partiel, faute d’arrivages.

« C’est la période de la sole: on fait normalement le plus gros chiffre d’affaires de l’année. Ce matin, on en a eu 290 kg. En temps normal, on peut avoir plusieurs tonnes », détaille M. Hennequin. « On est en train de perdre tous les marchés étrangers car il n’est pas rentable d’exporter de trop petites quantités. »

Si des camions embarquent bien son poisson à l’arrière de la criée, « d’autres clients sont déjà partis ailleurs, chez les Hollandais notamment, et peut-être pour de bon », dit-il.

L’interdiction de pêche concerne quelque 450 navires (de huit mètres ou plus, équipés de certains filets), afin d’éviter les captures accidentelles de dauphins et marsouins, à la suite d’une décision du Conseil d’État.

Diverses associations environnementales demandaient au gouvernement d’agir depuis plusieurs années.

-« La colère qui sort »-

Pêcheur à l’île d’Yeu depuis 27 ans, Adrien Delavaud s’excuse de « parler sec »: « C’est la colère qui sort. »

Interdit de sortie, il emploie habituellement six marins sur son bateau, le « Camelys ». Il s’agace de l’avoir équipé « pour rien », l’an dernier, d’un répulsif acoustique.

« C’est injuste: de gros efforts ont été faits et les pêcheurs sont quand même punis. Si le gouvernement veut la fin de la pêche artisanale française, c’est bien parti. On ne va peut-être pas tous s’en sortir », soupire-t-il.

Pour compenser les pertes, le gouvernement a annoncé des indemnités à hauteur de « 80 à 85% » du chiffre d’affaires pour les pêcheurs et de 75% de l’excédent brut d’exploitation pour les mareyeurs.

« On espère être payé rapidement. On a des salaires à payer aux gars. Il faut qu’ils vivent », lâche Benoit Normant, 33 ans, patron de L’Aurore Boréale, un fileyeur de 11 mètres, qui emploie deux matelots, à Audierne (Finistère).

Dans ce port de la pointe bretonne, à l’extrême nord du golfe de Gascogne, une dizaine de fileyeurs sont alignés le long du quai sous une pluie fine. Quelques patrons pêcheurs « bricolent » à bord pour tuer le temps.

« Si j’ai hâte de repartir? Ah bah, ouais, je tiens plus en place », confie Matthieu Claquin, 27 ans, patron du Noz-Dei II, un fileyeur de 11 mètres, en scrutant les zones de pêche sur son écran.

Comme d’autres, il fulmine contre les « ONG extrémistes » ou le comité national des pêches qui « ne nous défend plus ». Des dauphins, il reconnaît en capturer accidentellement, « quatre ou cinq par an », mais « soit ils sont malades, soit ils se laissent mourir », assure-t-il.

-« Barrière symbolique »-

Benoit Normant insiste lui sur les différentes sortes de répulsifs acoustiques, testés sur ses filets, sur la coque de son bateau, et par les observateurs scientifiques accueillis à bord. « On fait des efforts, faut pas croire qu’on fait rien… Et tout le monde s’en fout », peste-t-il.

De l’autre côté du port, la criée est désespérément vide, casiers rangés, fenwicks à l’arrêt, quand elle brasse d’habitude 5 à 10 tonnes de poissons par jour.

« Il est temps que ça reprenne », se désole François Priol, son directeur, qui a perdu jusqu’à 80% de ses tonnages habituels depuis le 22 janvier.

« On ne se rend pas compte de l’impact psychologique » de cette fermeture « inédite » de la pêche, souligne Thomas Le Gall, président de l’association Pêche Avenir Cap Sizun.

« On a franchi une barrière symbolique », ajoute-t-il. « Maintenant, on se demande si ça ne sera pas fermé quatre mois l’an prochain… »

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.