Guyane: 3 migrants clandestins repêchés, 15 naufragés toujours portés disparus

Le naufrage s’est produit samedi soir près de l’embouchure du fleuve Approuague, dans l’est du département, selon la préfecture.

“La gendarmerie vient de rentrer, sans résultat, la marine est encore en reconnaissance pour voir s’il y a des survivants, ou retrouver des cadavres”, a indiqué la préfecture mardi à l’AFP.

Deux survivants ont été récupérés dimanche après-midi dans la mangrove par un pêcheur, un autre lundi matin par les autorités, après avoir été repéré par un hélicoptère.

Selon leurs témoignages, la pirogue était partie de la ville brésilienne d’Oiapoque, à la frontière avec la Guyane, avec une vingtaine de personnes à bord, “des hommes et des femmes”, selon la préfecture. Les rescapés sont deux hommes de nationalité haïtienne et une femme de nationalité dominicaine, indiquent les autorités.

Deux cadavres ont été récupérés lundi matin dans cette zone à faible tirant d’eau constituée de mangroves, à trois heures de bateau de Cayenne. “Depuis le début de l’année, c’est la troisième fois que mes marins recueillent des clandestins suite à des naufrages dans cette zone”, a précisé à l’AFP José Achille, l’armateur de l’embarcation de pêche ayant récupéré deux des trois survivants.

La ville d’Oiapoque, au bord de l’Oyapock, fleuve frontalier entre le Brésil et la Guyane, est l’un des points de départ des clandestins qui entrent illégalement en Guyane par la voie terrestre ou maritime.

L’année dernière, près de 10.000 étrangers en situation irrégulière ont été reconduits aux frontières dans ce département situé entre le Surinam et le Brésil, qui compte entre 30.000 et 40.000 étrangers sans-papiers, sur une population officielle recensée de plus de 235.000 habitants.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE