La croisière vomit: 300 passagers frappés de gastro-entérite

Le croisiériste P&O a confirmé qu’une « affection gastro-intestinale bénigne » avait rendu malade environ 300 des 1.843 passagers à bord de l’Oriana et qu’il n’y avait désormais plus que « cinq personnes affectées ».

« Il semblerait qu’il s’agisse d’une gastro-entérite, une affection hautement contagieuse » et « très commune au Royaume-Uni, en Europe et aux Etats-Unis », a souligné la société dans un communiqué.

L’Oriana, qui avait levé l’ancre le 4 décembre, a regagné Southampton vendredi. Les prix des billets pour la traversée allaient jusqu’à 1.400 livres (1.725 euros).

« Ca a été horrible du début à la fin », a raconté Paul Gilman, 62 ans, au Daily Mail. « Les gens tombaient comme des mouches et l’équipage essayait malgré tout de nous dire que tout allait bien ».

« Tout le monde disait: c’est un navire pestiféré. C’est un cauchemar vivant ».

« Ca a été la pagaille du début à la fin », a renchéri un autre passager, Brian Weston, 67 ans. « Les gens sont tombés malades presque immédiatement quand nous avons levé l’ancre et l’épidémie s’est propagée comme une traînée de poudre ».

« A un moment, il y avait des dizaines et des dizaines de personnes malades, mais les officiers sur le bateau tentaient de minimiser ce qui se passait ».

« Un spécialiste des virus, qui a fait la traversée avec nous, nous a dit que le navire n’aurait pas dû prendre la mer pendant 48 heures et aurait dû être nettoyé à fond », a expliqué au journal son épouse Denise Weston, 60 ans.

La compagnie a assuré de son côté que « des protocoles de désinfection plus poussés » avaient été mis en place en accord avec les responsables sanitaires britanniques et que « tout avait été fait pour s’assurer du confort des passagers malades ».

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.