La destruction en mer des armes chimiques syriennes progresse (Pentagone)

Les experts américains à bord de ce cargo roulier ont jusqu’à présent “neutralisé plus de 25%” d’un agent chimique utilisé dans la fabrication du gaz sarin, a indiqué à la presse un porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Sur les quelque 581 tonnes de cet agent à bord du navire, près de 147 tonnes ont ainsi été détruites, selon des responsables.

“L’équipage du MV Cape Ray continue son travail pour neutraliser le matériel issu de l’arsenal chimique déclaré de la Syrie”, a souligné M. Warren.

Le navire transporte également plus de 19 tonnes de gaz moutarde, qui n’a pas encore été neutralisé.

D’autres agents chimiques de la Syrie sont détruits à terre dans des bâtiments spécialisés en Grande-Bretagne, en Finlande et aux Etats-Unis.

Au total, environ 31%, soit 411 tonnes, de différents agents chimiques ont été neutralisés jusqu’à présent dans le cadre des efforts combinés de plusieurs pays, selon l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), l’agence internationale qui supervise les opérations.

La Syrie a évacué un total de 1.300 tonnes d’agents chimiques. Seuls les éléments les plus dangereux, dits de “priorité Un” et entrant dans la composition du gaz moutarde et du sarin, seront détruits à bord du navire américain.

Le Cape Ray, dont la localisation exacte en Méditerranée n’est pas révélée, a embarqué dans ses cales deux systèmes d’hydrolyse déployable (FDHS), des installations portables capables de neutraliser les agents chimiques les plus dangereux.

Ce processus doit permettre de détruire les agents chimiques à plus de 99% et d’en réduire la toxicité à des niveaux similaires à ceux habituels dans l’industrie.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE