La maison mère du chantier naval du Titanic suspendue à la Bourse de Londres

Londres, 1 juil 2024 (AFP) – Le titre de Harland and Wolff, groupe qui possède le chantier naval de Belfast du même nom, connu pour avoir construit le Titanic, a été suspendu lundi à a Bourse, après que la compagnie n’est pas parvenue à publier son rapport annuel à temps.

L’entreprise explique dans un communiqué avoir eu des discussions avec ses auditeurs « concernant la comptabilisation de revenus, en raison de la nature pluriannuelle et complexe de certains des contrats » du groupe, ce qui a retardé la publication de son rapport annuel pour 2023.

Le rapport, qui aurait dû être publié le 30 juin au plus tard, ne sera finalement publié que dans une semaine. Le titre de la société à la Bourse de Londres sera suspendu d’ici là.

Il a perdu près de 38% depuis le début de l’année.

Le groupe a cependant publié lundi son compte de résultat non audité, faisant état d’un chiffre d’affaires plus que triplé sur un an en 2023 à 86,91 millions de livres (102 million d’euros) et d’une perte nette réduite de presque 40% à 43,09 millions de livres.

La société prévoit d’atteindre son objectif de revenus de 200 millions de livres pour l’exercice en cours.

Mais elle pâtit depuis des mois d’incertitudes sur une garantie gouvernementale de prêts bancaires de 200 millions de livres.

Elle dit vendredi « s’attendre à ce que le gouvernement britannique prenne une décision » à ce sujet après les élections générales du 4 juillet, mais prévient que « s’il devait y avoir des retards importants (…) la capacité de la société à exécuter de nouveaux et importants contrats en serait affectée ».

Harland and Wolff avait été sauvé de la faillite fin 2019 grâce à un rachat pour 6 millions de livres par la société d’infrastructures énergétiques britannique Infrastrata, qui a depuis pris le nom de sa filiale.

Créé en 1861, véritable institution en Irlande du Nord, le chantier naval avait notamment bâti le tristement célèbre paquebot Titanic, qui avait fait naufrage en avril 1912 au large de Terre-Neuve, mais aussi d’autres grands navires de croisière, de nombreux vaisseaux militaires pendant la Seconde Guerre mondiale ou encore le Myrina tanker, premier superpétrolier construit au Royaume-Uni.

L’entreprise avait connu un déclin ininterrompu au cours des dernières décennies. Mais le groupe a depuis repris les embauches et son effectif total, de 1.010 personnes fin 2023, « est passé désormais à 1.512 personnes avec une augmentation des travaux engagés dans tous les chantiers », a-t-il indiqué lundi.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.