Naufrage du Breiz: le patron du canot SNSM se défend au deuxième jour du procès

Le Havre, 3 avr 2024 (AFP) – Le patron du canot de sauvetage de la SNSM, jugés avec quatre autres personnes au Havre après le naufrage en 2021 du chalutier Breiz qui avait fait trois morts, a réfuté mardi devant le tribunal avoir été « négligent ».

Massif, tendu, Philippe Capdeville, 62 ans, engagé à la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) depuis 1986 et patron du canot de Ouistreham depuis 2008, a répondu pendant trois heures aux magistrats.

La nuit du naufrage, entre le 14 et le 15 janvier, M. Capdeville a expliqué avoir été alerté par le Cross (Centre régional opérationnel de secours et de sauvetage en mer). Il a précisé que le canot tous temps SNSM 091 a appareillé en quinze minutes.

Le sauveteur a reconnu ne pas avoir eu connaissance de l’état du Breiz, un navire vieux de 40 ans, « vétuste » et « en surcharge avant même de commencer la pêche », selon le directeur d’enquête.

Pourquoi ne pas avoir demandé aux pêcheurs de jeter à l’eau les caisses de coquilles sur le pont, ce qui aurait pu éviter la gîte et le naufrage, interroge le président. « Je vois mal un patron de pêche jeter sa pêche par-dessus bord », répond le patron du canot de sauvetage.

Ce sauveteur très expérimenté -900 missions- assure avoir réagi aux alertes lancées par l’équipage tracté, réduit la vitesse, changé de cap. Pourquoi à son avis, le bateau a coulé? « Il n’est pas normal qu’un bateau se couche aussi vite. Toutes les hypothèses sont possibles », a-t-il estimé. Son idée? « Une vague, on ne sait pas d’où ça vient », a-t-il dit.

« Je n’ai pas l’impression d’avoir été négligent », s’est-il défendu. « On ne peut pas me mettre tout sur le dos. On a affaire à des professionnels! », a-t-il répliqué, évoquant les trois jeunes marins qui ont perdu la vie dans le naufrage.

Le patron du Breiz et ses deux matelots avaient péri lors de l’opération.

Outre les poursuites pour « non-respect de la convention Colreg ou négligence du capitaine, chef de quart ou pilote ayant entraîné la mort », il lui est également reproché des « faux en écriture », qui concernent les horaires des opérations (arrivée sur zone, début du remorquage…) qu’il a portés sur le journal de bord, qui discordent avec ceux notés par l’enquêteur de la gendarmerie maritime.

Le patron du canot a estimé que ces accusations relevaient du vocabulaire utilisé. « Pourquoi mentir quand tout est vérifiable? », a-t-il rappelé.

Le procès est prévu jusqu’à vendredi.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.