Orque dans la Seine: l’animal va être euthanasié

Rennes, 29 mai 2022 (AFP) – L’orque en difficulté dans la Seine entre Rouen et Le Havre va être euthanasié a indiqué dimanche la préfecture de Seine-Maritime qui annonce que les opérations pour guider vers la mer l’animal à l’aide de stimuli sonores ont échoué.

“Le groupe de travail des experts a conclu, de manière unanime, que la seule solution envisageable consiste à euthanasier l’animal”, indique la préfecture dans un communiqué.

Démarrée samedi, l’opération pour aider l’orque à retrouver son chemin vers la mer, son milieu naturel, “a mis en évidence une absence de vivacité, des réactions incohérentes aux stimuli sonores et un comportement erratique et désorienté de l’orque” avec des “allers-retours d’un côté à l’autre de la berge”.

“Les enregistrements sonores ont également révélé des vocalisations assimilables à des cris de détresse”, précise la préfecture.

“Les tentatives de ramener l’orque vers la mer ayant échoué, et afin de ne pas aggraver encore son niveau de stress la décision a été prise d’interrompre l’intervention en début de soirée”, ajoute la préfecture.

Après analyse, des images collectées samedi ont “amené à constater “un état de santé critique de l’animal” avec des “ulcérations et une dermatite profondes, laissant apparaître des lésions nécrotiques”.

D’après les constatations de ces experts celles-ci suggèrent que “l’animal souffre de mucormycose”, une maladie émergente observée sur des mammifères marins.

“Il s’agit d’une affection (…) susceptible de toucher des animaux immunodéprimés” et les experts ont confirmé que la maladie a atteint “un stade très avancé, au point qu’elle causerait d’importantes souffrances à l’animal”.

Si “le risque de transmission de l’animal à l’homme est très limité”, la préfecture rappelle que “la zone dans laquelle se trouve l’orque est interdite à la baignade, à la pêche et que les zones de captage d’eau ne sont pas alimentées ni impactées par la Seine”.

L’orque a été aperçue pour la première fois le 16 mai entre Honfleur et Le Havre, près du Pont de Normandie. L’animal était arrivé probablement “déjà affaibli” vers l’estuaire de la Seine, avait indiqué à l’AFP Gérard Mauger, vice-président du GECC, association basée à Cherbourg missionnée par l’Office français de la biodiversité (OFB) pour l’étude et la préservation des mammifères marins en Manche.