Trois ans après un incendie, le sous-marin nucléaire Perle a repris la mer

Paris, 23 mai 2023 (AFP) – Le sous-marin nucléaire d’attaque Perle, ravagé en 2020 par un incendie, a repris la mer pour des essais à l’issue des travaux d’entretien ayant suivi sa réparation, a annoncé mardi le ministère des Armées.

Le sous-marin a « effectué des essais de propulsion et de manoeuvrabilité en surface » et « franchi une étape majeure en réalisant sa plongée statique le 22 mai », affirme le ministère, précisant que ces essais ont pour « objectif de s’assurer de la capacité du sous-marin à naviguer en sécurité ».

Le submersible, entré en service en 1993, avait été touché par un violent incendie en juillet 2020 lors d’un chantier IPER (indisponibilité période pour entretien et réparation).

Le feu, vraisemblablement provoqué par un éclairage qui avait consumé une feuille de plastique en vinyle, avait considérablement endommagé l’avant du sous-marin alors vidé de ses armes, équipements électroniques et de combustion nucléaire.

La décision de le remettre en état avait donné lieu à un imposant chantier de dix mois. Le sous-marin avait été convoyé à Cherbourg (Manche) sur un navire. L’arrière du Perle avait été soudé à l’avant d’un autre sous-marin de la même classe, le Saphir, désarmé en 2019.

Ce Lego à 110 millions d’euros avait allongé sa taille d’un mètre et a alourdi de 68 tonnes son poids total de 2.700 tonnes en plongée.

Le Perle avait ensuite regagné Toulon sur le même navire pour y reprendre les travaux d’entretien interrompus par l’incendie.

Le chantier IPER réalisé tous les dix ans consiste à redonner du potentiel à la propulsion nucléaire du navire en le rechargeant en uranium, à contrôler ses installations, son armement constitué de torpilles et de missiles anti-navires, son système de combat et sa propulsion.

Selon le ministère des Armées, le Perle reprendra le service opérationnel « à l’issue de sa période d’essais à la mer après vérification de sa capacité à naviguer en sécurité puis validation de ses systèmes de combat ».

Sa remise en service est un élément important de la stratégie de la marine qui se fonde sur la présence de six sous-marins nucléaires d’attaque dont l’une des missions est d’appuyer les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) mais aussi d’escorter le porte-avions Charles-de-Gaulle, éléments clefs de la dissuasion française.

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.